Covid-19 : "on constate une légère hausse des admissions tant aux urgences qu’en réanimation"

Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique Covid-19, a fait part de son inquiétude face au relâchement des Français vis-à-vis du respect des gestes barrière.

Stéphane Gayet, interviewé par Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Pour en parler, Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg, était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus le 9 juillet 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Il n’y a pratiquement pas eu de respect des mesures de prévention"

"Jean-François Delfraissy [le président du Conseil scientifique Covid-19] est anxieux bien sûr, c’est en rapport avec la haute responsabilité qu’il a. Dans l’ensemble il faut dire que le déconfinement s’est très bien passé. Un de meilleurs indicateurs, à mon avis, est le nombre de nouvelles hospitalisations pour Covid-19. On a constaté lors de la mise en place du confinement que 15 jours après, le nombre de nouvelles hospitalisations a chuté. Et lors du déconfinement, le nombre de nouvelles hospitalisations n’a pas augmenté.

Depuis quelques jours on constate, à l’AP-HP notamment, qu’il y a une légère hausse des admissions tant aux urgences qu’en réanimation. Une des interprétations qui est souvent proposée, c’est que cela pourrait être lié à la Fête de la Musique. Il n’y a pratiquement pas eu de respect des mesures de prévention, notamment du port de masque. On sait par expérience que c’est 15 jours après un épisode favorisant la contamination qu’apparaissent les nouveaux cas."

Covid-19 : tout porte à croire qu’une immunité se forme effectivement

Alors, faut-il porter un masque dans la rue ? "Dans la rue ça ne sert à rien tant qu’on ne croise personne. En plus, le risque de transmission de particules virales est moins élevé quand on est en plein air que lorsqu’on est dans une pièce. Dehors il y a des courants d’air, il y a un phénomène de dilution, le risque est donc extrêmement faible", a fait savoir Stéphane Gayet.

Et les enfants, peuvent-ils contracter le virus et le transmettre ? "En mars-avril on a dit que les enfants étaient de grands disséminateurs. C’est l’impression qu’on avait sur la base d’autres coronavirus. Et puis on s’est rendus compte que les jeunes enfants ne faisaient pratiquement pas d’infections. Or, pour être disséminateur, il faut vraiment qu’il y ait une multiplication virale. Et les jeunes enfants semblent réfractaires à l’infection : non seulement ils ne font pas de formes asymptomatiques, mais ils ne s’infectent pas du tout."

Interrogé sur l’apparition ou non de l’immunité à la Covid-19, Stéphane Gayet a répondu : "on considère que la Covid-19 est une maladie infectieuse immunisante, qu’il y a une réelle immunité qui se met en place, que vous fassiez une forme légère ou grave. Si vous n’avez pas de maladies chroniques qui diminuent l’immunité, on ne peut pas s’infecter une deuxième fois à court terme, en principe".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus