Covid-19 : faut-il interdire les rassemblements privés ?

Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, directeur de la Fondation Alzheimer, était l’invité de Patrick Roger le 14 septembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Des gens portant des masques de protection attendent de pouvoir passer un test au Covid-19 dans un laboratoire parisien, le 29 août 2020 (Christophe ARCHAMBAULT - AFP).

Avec d’autres médecins, Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, directeur de la Fondation Alzheimer, a publié une tribune dans le Journal du Dimanche, appelant à éviter autant que possible les rassemblements privés afin de ralentir l’épidémie de Covid-19.

 

Protéger les plus vulnérables de la sphère privée

Mais qu’est-ce qu’un rassemblement privé ? Une fête de famille ? Un groupe d’amis ? "C’est cela. Ce sont essentiellement ces rassemblements qui sont à l’origine des foyers que l’on détecte et qui vont disséminer. Ce qui est important, c’est que c’est dans la sphère privée." Qui viser dans cet appel ? Les plus jeunes ? "Il ne faut stigmatiser personne, il s’adresse à tous les Français. On a l’impression, quand on rentre chez soi, d’être protégé dans un cocon. Les Français respectent bien les gestes barrière à l’extérieur, dans les lieux locaux, les espaces de travail."

"Dès que l’on rentre chez soi, on a une impression de sécurité très légitime, explique ce professeur de santé publique. Malheureusement, le virus n’a pas la même conception, surtout si on l’apporte de l’extérieur. Il faut protéger la sphère privée, et surtout les plus vulnérables." Pour autant, une famille avec enfants va nécessairement être au contact avec plus de personnes ? "Ce n’est pas un rassemblement, c’est juste une vie familiale. Ce que l’on veut éviter, ce sont les formes graves et compliquées, éviter de saturer les services de réanimation."

 

Ne pas reconfiner les Ehpad

"De toutes façons, la vie économique doit continuer, souligne le professeur Amouyel. Je pense plutôt à un événement de famille où vous invitez les grands-parents, les cousins… La pièce est trop petite, et vous avez moins d’un mètre de distance avec les personnes relativement âgées, qui, elles, risquent de faire une forme compliquée si elles sont contaminées. C’est là où il faut faire attention. Il faut respecter à la lettre les gestes barrière, rester à distance, mettre des masques à tout le monde, ou bien faire cela dehors en profitant du beau temps."

Quid du fait de remettre les Ehpad dans une forme de bulle ? "Il ne faut pas fermer les Ehpad, ce que l’on a connu de mars-avril jusqu’en juin a été dramatique", insiste Philippe Amouyel. Là encore, il faut appliquer au maximum les mesures barrière dans les meilleures conditions, que les gens puissent continuer à voir leur famille et leurs proches. On est justement à limite de la sphère publique et privée. Il faut faire des protocoles mais surtout pas confiner complètement, ce qui créerait des drames au sein des habitants des Ehpad."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !