Coronavirus: échos d'une France confinée, 18e jour

La vie chacun chez soi: des gendarmes occitans attentionnés aux surfeurs bretons récalcitrants, échos d'une France sous cloche, vendredi, au 18e jour de confinement.

Damien MEYER - AFP/Archives

La vie chacun chez soi: des gendarmes occitans attentionnés aux surfeurs bretons récalcitrants, échos d'une France sous cloche, vendredi, au 18e jour de confinement.

. Gendarmes aux petits soins

"C'est une aide-soignante! Attendez Madame, on va vous remettre quelque chose". Sur le visage de la conductrice l'incompréhension se transforme vite en large sourire.

Les gendarmes des Pyrénées-Orientales avaient promis une surprise sur la page Facebook et ils ont tenu parole: sur les sept points de contrôle mis en place dans le département visant à faire respecter les mesures de confinement, ils n'ont pas uniquement distribué des amendes. Le personnel soignant, infirmières ou médecins, contrôlé a eu droit à des chocolats et rousquilles, spécialité traditionnelle catalane.

. "Publicité insidieuse"

Cette semaine, une mère de famille de Suresnes (Hauts-de-Seine) a reçu un "guide des parents confinés" transmis par l'association de parents d'élèves de l'école fréquentée par son fils, et diffusé par le Secrétariat d'Etat chargé de l'Egalité femmes hommes de Marlène Schiappa.

Parmi les "50 astuces de pro" compilées par le gouvernement, on trouve notamment les recommandations télévisuelles du directeur de Canal+, Gérald-Brice Viret, qui suggère de "redécouvrir les films cultes qui ont marqué le cinéma", de "commencer une série", et rappelle que "Cyril Hanouna (...) sera présent en direct de chez lui tous les jours sur C8 dans TPMP pour un vrai moment de divertissement pour toute la famille".

"Moi, c'est vraiment pas ce que je choisirais pour mes enfants", réagit la maman. "C'est de la publicité insidieuse. Pourquoi est-ce que le ministère nous parle de programmes sur ces chaînes privées et pas des chaînes publiques?"

. Surfeurs à contre-courant

Des surfeurs au large de la ville de Batroun, au nord de Beyrouth au Liban, le 3 avril 2020

Des surfeurs au large de la ville de Batroun, au nord de Beyrouth au Liban, le 3 avril 2020

JOSEPH EID - AFP

"De nombreux surfeurs et kitesurfeurs continuent à pratiquer leur activité" sur les plages du Finistère, malgré l'interdiction de l'accès aux espaces côtiers et aux plans d'eau intérieurs du département, déplore la préfecture de Finistère dans un communiqué.

Au cours des derniers jours, près d'une vingtaine d'entre eux ont fait l'objet d'une verbalisation et des signalements sont régulièrement rapportés, assure la préfecture. Elle rappelle "qu'en période d'épidémie, le non-respect des règles de confinement constitue non seulement un facteur de risque de contamination pour les personnes qui les enfreignent, mais fait également courir un danger pour la santé de toute autre personne susceptible de croiser leur chemin".

. Rencontres confinées

Qui a dit que le confinement empêchait de trouver l'amour? Depuis son entrée en vigueur en France, "les conversations quotidiennes ont augmenté de 23% et la durée de conversation de 23%" sur Tinder, selon un communiqué de l'application de rencontres.

Une évolution loin de déplaire à Mélody, célibataire parisienne. "Maintenant, les hommes qui me contactent savent qu'ils ne vont pas pouvoir coucher tout de suite, donc ils sont obligés d'avoir de la conversation", rit la trentenaire.

 

AFP / Paris (AFP) / © 2020 AFP