Consommation d'alcool interdite dans les rues de Paris : "On risque la fermeture administrative !"

La préfecture de police de Paris interdit de consommer de l’alcool place de la Contrescarpe et rue de Buci. Charles Spagni, gérant du Bar du Marché, rue de Buci (Paris 6e), adhérent du GNI, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 23 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
Interdiction désormais de boire de l'alcool dans certaines rues de Paris.

"Des gestes barrières pas forcément respectés"

Qui dit soleil dit relâchement... Les Parisiens ont profité du soleil et des températures clémentes, ce week-end, dans les rues de la capitale. À tel point que la préfecture de police a décidé d’interdire la consommation d’alcool dans certaines rues de la capitale. "Avec les beaux jours, nous avons eu énormément de monde dans la rue, confirme Charles Spagni, gérant du Bar du Marché, rue de Buci (Paris 6e), par ailleurs adhérent du GNI. C’est vrai que cela a créé un attroupement, que les gestes barrières et les distanciations n’étaient pas forcément respectés. Nous en sommes conscients."

"Mais j’ai du mal à digérer que l’on nous dise de fermer au moment où cela fonctionne, confie le gérant de brasserie parisien. On nous a dit de fermer pour éviter la propagation du virus. On fait du à emporter en plus des aides de l’État pour pouvoir survivre. Les chiffres ne sont pas extraordinaires."

"Ils sont tous allés chez Carrefour"

"Cela fait des mois que les gens attendent de pouvoir sortir. Au moment où ils peuvent sortir un peu et viennent pour boire un verre à emporter, c’est interdit ! Moi, j’ai mis du temps à ouvrir à emporter car j’avais entendu parler de fermetures administratives. J’ai dépensé des centaines d’euros pour que les gens ne stagnent pas, des files d’attentes, des scotchs tous les mètres, des panneaux interdits de stationner devant l’établissement."

Interdit désormais de consommer de l’alcool rue de Buci. "Je ne sais pas si j’en vends, si je peux être fermé administrativement. Avec les beaux jours, j’ai acheté douze fûts de bière. J’apprends hier qu’à partir d’aujourd’hui, je ne peux plus vendre d’alcool." Sauf à ce qu’il soit consommé ailleurs, et en risquant une fermeture qui mettrait en péril cette entreprise comptant pas moins de quinze salariés. "Samedi, il y a eu beaucoup de monde ; le dimanche, les forces de l’ordre sont venues pour disperser les gens qui attendaient pour prendre un verre et partaient boire dans d’autres rues. Le problème est qu'ils sont tous allés chez Carrefour chercher de l’alcool ! Ce sont encore les grandes surfaces qui récupèrent le chiffre d’affaires."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !