Congé pour deuil d'un enfant prolongé à 12 jours : "il faut rester vigilant"

Guy Bricout, député UDI-Agir du Nord, rapporteur de la proposition de loi sur le congé pour deuil d'un enfant, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 3 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le rejet incompréhensible d'un texte à l'Assemblée nationale.

Après le refus de l’Assemblée nationale d’allonger le congé après le décès d’un enfant, le gouvernement "reconnaît une erreur".

 

Un rejet tout simplement incompréhensible

Paradoxalement, l’Assemblée nationale a autorisé le 30 janvier le don de RTT en cas de décès d’un enfant, mais refusé d’instaurer un congé de deuil de 12 jours à la place de cinq. Un texte rejeté par 40 voix contre 38, après un débat agressif. "Quand on s’achète de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises, c’est quand même un peu facile", a notamment déclaré la députée Sereine Mauborgne (LREM).

Un rejet et des propos qui ont fait scandale, au point de pousser le gouvernement à faire machine arrière. "J’avais fait cette proposition parce que j’ai rencontré beaucoup d’associations concernées par un deuil de parent, explique Guy Bricout, député UDI-Agir du Nord, rapporteur de la proposition de loi. Ils m’ont fait part du fait que cinq jours, c’était insuffisant. C’est le deuil, les funérailles, on est entouré par la famille. Après, on se retrouve seul et l’on va travailler et l’on perturbe l’environnement professionnel. Ou bien l'on prend un congé maladie, et ce n’est pas une bonne chose".

Se méfier des grandes déclarations

"Ce que j’ai proposé, c’est de prolonger de six jours pour que les personnes puissent reprendre leur souffle, envisager l’avenir dans de meilleures conditions, souligne Guy Bricout. Je n’ai pas compris pourquoi les députés LREM qui, individuellement, m’ont dit que c’était une bonne idée, se sont opposés à cette loi avec leur chef de file, la ministre Muriel Pénicaud".

"Je leur ai dit 'vous êtes en train de faire une grosse bêtise',commente le député UDI-Agir du Nord. Tous les messages de soutien sont tous à dire 'mais pourquoi En marche a-t-il refusé cette proposition ?' Je pense que Macron a pris la mesure du sujet. Mais entre les grandes déclarations et ce qui va se passer en réalité, il faut être vigilant. Si ce que le Président a dit se réalise, ce sera une excellente chose".

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !