Confinement le week-end en Île-de-France : "Déjà qu'en semaine on ne peut rien faire si on travaille..."

Le spectre d’un reconfinement le week-end plane au-dessus des 20 départements en surveillance renforcée. Les arbitrages doivent être rendus mercredi 3 mars lors d’un Conseil de défense sanitaire. La piste d’une mise sous cloche les samedis et dimanches en Île-de-France est "sérieusement envisagée" selon plusieurs sources gouvernementales. Une mesure qui divise les habitants de toute la région.

L'Île-de-France sera-t-elle confinée les prochains week-ends ? © AFP

Reportage à Bourg-la-Reine dans Hauts-de-Seine de Clément Bargain pour Sud Radio

 

"Déjà qu'en semaine on ne peut rien faire si on travaille..."

Lina ne se fait plus trop d’illusions, elle s’attend à être confinée le week-end : "c'est la grosse déprime ! confie-t-elle à Clément Bargain. Déjà qu'en semaine on ne peut rien faire si on travaille... rappelle-t-elle. Il ne nous reste plus rien si on reste chez nous !"  Ces potentielles nouvelles mesures restrictives font grincer des dents Véronique, mère de deux enfants en bas âge, qui vit dans un petit appartement : "c'est impossible de les tenir, ils ont besoin de prendre l'air ! explique-t-elle. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont obligés de rester à l'intérieur, ce n'est pas logique pour eux. Il fait beau donc tout le monde a envie de sortir".

Un confinement le week-end serait le coup de grâce pour Sarah, gérante d’une boutique de prêt-à-porter à Bourg-la-Reine. "C'est la seule journée espoir de la semaine, où on peut arriver peut-être à générer un peu de chiffre d'affaires. C'est la seule journée en tout cas où on est autorisés à travailler aux heures où les gens sont disponibles. Sans ça, on sera à moins 80% du chiffre d'affaires alerte-t-elle et ce sera la catastrophe..."

 

"Il faut qu'ils nous vaccinent et qu'on n'en parle plus !"

Les annonces du gouvernement sont attendues avec impatiences, mais la perspective de nouvelles restrictions met en colère Dany, âgée de 52 ans, qui attend le vaccin avec impatience : "il faut qu'ils nous vaccinent et qu'on n'en parle plus ! fustige-t-elle. Je ne comprends pas pourquoi il y a plein de pays qui vaccinent à tour de bras et nous on en est éventuellement aux 50-75 ans au début du mois d'avril".

L’Île-de-France et les départements placés en vigilance surveillée seront-ils confinés le week-end ? La décision sera tranchée lors du conseil de défense.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !