Commerçants : "Une plateforme ne m'intéresse absolument pas !"

Aider les commerçants à développer la vente en ligne, c'est l'objectif du gouvernement. Avec la mise en place d'une nouvelle plateforme intitulée "clique mon commerce", une interface sur laquelle une liste de développeurs sera recensée pour créer un site internet, offrir un moyen de paiement en ligne ou développer un service de livraison. Une main tendue aux commerces non essentiels durement touchés par les mesures sanitaires. Mais en plein reconfinement, beaucoup de commerçants se sont déjà organisés.

En plein reconfinement, beaucoup de commerçants se sont réorganisés. © AFP

Reportage à Paris de Charlotte Derouin pour Sud Radio

 

"Une plateforme ne m'intéresse absolument pas !"

Dans ce magasin de jouets, pour le moment, les commandes se font par téléphone ou sur les réseaux sociaux mais le site internet de la boutique est sur le point d'être lancé : "j'ai fait appel à une société qui fait toute l'arborescence du site explique Marie Boudier, la gérante. En revanche, c'est nous qui avons créé toutes les fiches, les photos, la description et ça nous a pris beaucoup de temps reconnaît-elle. On est dessus depuis le mois d'avril !"

Marie Boudier aurait bien aimé pouvoir bénéficier avant de cette nouvelle plateforme lancée par le gouvernement, mais elle pense que c'est trop tard...

Même sentiment chez Franck Vercotoren, responsable d'une boutique de vêtements. "Une plateforme ne m'intéresse absolument pas, on a déjà tout ce qu'il faut !"

 

Des clients qui ne sont pas au rendez-vous

Sur les vitrines des magasins, des affiches fleurissent avec les différents moyens de passer commande, mais pour que le click and collect fonctionne, il faut que les clients soient au rendez-vous.

Louise Damas vend bijoux et sacs à mains et malgré tous ses efforts pour communiquer autour de la vente en ligne, les acheteurs ne se pressent pas. "Si on avait nos clients réguliers qui achetaient en ligne comme ils achètent habituellement, ce serait déjà pas mal..." souligne-t-elle.

Pour ces commerçants, le click and collect ne représente qu'une petite part de leur chiffre d'affaires habituel.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !