single.php

Comment Macron a fait le pari jeune avec Attal, pour renouer avec sa "révolution"

L'automne dernier, à l'Elysée. Emmanuel Macron commence à s'interroger sur un changement à la tête du gouvernement. Les options sont passées en revue, mais régulièrement le président demande: "Et Gabriel? Et Attal?".

Ludovic MARIN - POOL/AFP/Archives

L'automne dernier, à l'Elysée. Emmanuel Macron commence à s'interroger sur un changement à la tête du gouvernement. Les options sont passées en revue, mais régulièrement le président demande: "Et Gabriel? Et Attal?".

A l'époque, peu sont ceux autour de lui qui prennent cette piste au sérieux. "Trop jeune", l'argument revient en boucle pour l'écarter, jusqu'au week-end dernier.

Mais dans "un coin de sa tête", disent deux proches, le nom du ministre de l'Education fait son chemin. Pour sa jeunesse, justement, et sa popularité dans laquelle le chef de l'Etat décide finalement de puiser pour renouer avec l'esprit "révolutionnaire" qu'il avait voulu insuffler en 2017 et qui s'était perdu en chemin.

En cette année où, aux Etats-Unis, devrait se rejouer le duel entre Joe Biden, 81 ans, et Donald Trump, 77 ans, le contraste est saisissant. Mardi, "le plus jeune président de la République de l'histoire nomme le plus jeune Premier ministre de l'histoire", dit lui-même Gabriel Attal, 34 ans, pour signifier un choix fait aussi pour marquer les esprits.

Jonathan Guémas, conseiller aux discours du président Emmanuel Macron, arrive à l'Elysée, le 24 février 2022 à Paris

Jonathan Guémas, conseiller aux discours du président Emmanuel Macron, arrive à l'Elysée, le 24 février 2022 à Paris

Ludovic MARIN - POOL/AFP/Archives

L'opération Attal est narrée par les communicants du palais sous la houlette d'un revenant, Jonathan Guémas, lui aussi trentenaire. Chargé des discours du premier quinquennat, il a été appelé à la rescousse pour cette nouvelle étape, et il imprime sa marque après un début de mandat manquant cruellement de récit, de l'avis quasi-unanime de la Macronie.

Le message est clair: cette "jeunesse", elle rime avec "audace", "dynamisme", "mouvement", "vitesse".

A cet égard, explique l'entourage présidentiel, la promotion du premier chef de gouvernement de la "génération Macron" est synonyme de "retour aux sources".

- Bride courte -

Emmanuel Macron invoque d'ailleurs vendredi "l'esprit de 2017" devant ses ministres et, comme en écho à "Révolution", son livre-programme avant sa première élection, leur demande d'être des "révolutionnaires", pas "des gestionnaires".

Un discours offensif qui, en creux, dit crûment ce que le chef de l'Etat et sa garde rapprochée ont nié vingt mois durant: oui, le second quinquennat manquait jusqu'ici de souffle; oui, le président se sentait comme corseté avec une Première ministre, Elisabeth Borne, qui n'avait pas été son premier choix.

Le président Emmanuel Macron (g) et la Première ministre Elisabeth Borne à l'Elysée, le 19 juillet 2023 à Paris

Le président Emmanuel Macron (g) et la Première ministre Elisabeth Borne à l'Elysée, le 19 juillet 2023 à Paris

Yoan VALAT - POOL/AFP/Archives

Avec elle, "c'était le devoir, pas le combat", grince un proche, évoquant une volonté de rupture par rapport à ces débuts cahoteux.

Dans un étonnant mimétisme, le duo exécutif s'adonne au même rythme ternaire pour claironner ses mots d'ordre.

"De l'action, de l'action, de l'action", martèle Gabriel Attal sur TF1, jeudi, avant de scander vendredi sa priorité pour "l'école, l'école, l'école". "Des résultats, des résultats, des résultats", renchérit Emmanuel Macron, dont l'entourage ajoute: "travail, travail, travail".

Mais le récit élyséen veut peut-être aussi suggérer que, s'il s'en remet à ce Premier ministre plus populaire que lui, le président garde la main. Celui qui privilégiait des profils d'exécutants prend le risque de travailler avec un as de la communication susceptible de prendre la lumière, mais les premières décisions montrent qu'il lui tient la bride courte.

Le président Emmanuel Macron (3e g) lors du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement de Gabriel Attal, le 12 janvier 2024 à l'Elysée, à Paris

Le président Emmanuel Macron (3e g) lors du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement de Gabriel Attal, le 12 janvier 2024 à l'Elysée, à Paris

Michel Euler - POOL/AFP

De l'avis général, la composition gouvernementale porte la patte d'Emmanuel Macron, avec les autres présidentiables Bruno Le Maire et Gérald Darmanin confortés, et l'arrivée des sarkozystes Rachida Dati et Catherine Vautrin. L'équipe se réunira dorénavant dans le "Salon vert", jouxtant le bureau du président.

Et si Gabriel Attal est censé incarner le "dépassement" du clivage droite-gauche cher aux marcheurs historiques, son gouvernement penche plus à droite que jamais -- dans la ligne du macronisme, déplorent les représentants de l'aile gauche.

- "Pas de rente" -

Pour comprendre la surprise Attal, l'entourage d'Emmanuel Macron estime a posteriori qu'il suffisait de lire les indices semés en décembre, lorsqu'il arrive à la conclusion "que janvier serait un moment décisif pour son quinquennat".

Emmanuel Macron lors des traditionnels voeux présidentiels retransmis sur France 2, le 31 décembre 2023

Emmanuel Macron lors des traditionnels voeux présidentiels retransmis sur France 2, le 31 décembre 2023

SEBASTIEN BOZON - AFP/Archives

Il promet alors un "rendez-vous avec la Nation" pour ce début d'année, loue sur France 5 "l'énergie" et "le courage" de l'ambitieux ministre, et énonce lors des voeux ses maîtres-mots pour 2024: "réarmement" et "régénération".

Début janvier pourtant, il brouille encore les pistes, laissant filtrer le profil d'autres favoris pour Matignon.

"Je ne pense pas qu'il jouait", décrypte un conseiller. "Mais il a tiré le fil des voeux et s'est dit: +si je suis sincère avec ce que j'ai dit, Gabriel Attal est une évidence+".

Selon plusieurs sources macronistes, c'est avant le week-end dernier que le chef de l'Etat évoque avec son futur Premier ministre sa possible promotion. Pas encore avec ses alliés du Modem et d'Horizons, ni ses plus proches compagnons de route, Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Elysée, et Richard Ferrand, l'ancien président de l'Assemblée nationale.

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, annonce les nominations des ministres du nouveau gouvernement du Premier ministre Gabriel Attal, le 11 janvier 2024 à Paris

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, annonce les nominations des ministres du nouveau gouvernement du Premier ministre Gabriel Attal, le 11 janvier 2024 à Paris

Dimitar DILKOFF - POOL/AFP

Tentent-ils de faire capoter la nomination quand le président dévoile ses cartes, lundi? Un proche parle de "pressions", François Bayrou reconnaît des "interrogations", notamment sur "l'expérience nécessaire", tandis que "personne n'a posé la question" à Edouard Philippe, d'après un de ses amis.

Et c'est peut-être l'une des clés. Emmanuel Macron a pris son monde par surprise, et puis lui a tenu tête.

"En Macronie, il n'y a pas de rente", sourit un conseiller.

Un autre familier va plus loin en décrivant un président comme libéré, qui a enfin imposé ses choix au puissant Alexis Kohler: l'arrivée de Gabriel Attal, mais aussi son propre casting, avec des noms pas forcément au goût de son bras droit, de Rachida Dati à Catherine Vautrin en passant par Stéphane Séjourné.

 

Par Francesco FONTEMAGGI / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/