Climat: l'Etat condamné, les ONG saluent une décision "historique"

L'Etat jugé responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Décision "historique" selon les ONG qui ont attaqué la France pour son inaction, après le soutien d’une pétition de plus de 2,3 millions de citoyens.

(Thomas SAMSON / AFP)

Dans son jugement, le tribunal administratif de Paris juge illégal le non-respect de ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L'Etat devra verser aux quatre ONG la somme d'un euro symbolique pour préjudice moral. Parmi elles : Greenpeace France. Pour son directeur général, Jean-François Julliard, il y aura un avant et un après ce jugement:

"Dans quelques jours maintenant, le gouvernement va, en conseil des ministres, approuver un projet de loi sur les questions climatiques, qui est le projet de loi issu des travaux de la convention citoyenne sur le climat, ensuite le Parlement l'examinera. On espère bien que ce jugement va permettre à tous les parlementaires qui vont devoir se prononcer sur ce projet de loi, de le regarder avec un œil neuf. Tout ça vient à point nommé, à un moment donné il  va y avoir l'examen d'un projet de loi particulièrement crucial pour faire en sorte que la France parvienne enfin à se replacer sur une trajectoire efficace pour lutter contre le dérèglement climatique." - Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France

Propos recueillis par Mathilde Choin

Jean-Francois Julliard (Greenpeace France) et Cécile Duflot (Oxfam) à l'audience. (Thomas COEX / AFP)

"Évidemment, il y a une mobilisation absolue qui doit être collective sur la lutte contre le réchauffement climatique et nous sommes au rendez-vous de cette ambition", assure le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Un avis que ne partage Jean-François Julliard:

 

"Les scientifiques l'ont dit, le Haut conseil pour le climat ne cesse de le dire, nos associations ne cessent de le dire, 2,3 millions de personnes l'ont dit, maintenant c'est la justice française qui le dit: la France n'est pas au rendez-vous, quoi qu'en dise Gabriel Attal ou le gouvernement français. Maintenant il promet de faire mieux à l'avenir, ils en ont encore sous le coude pour faire en sorte que l'ambition soit rehaussée. On ne demande qu'à voir mais on jugera sur pièce. On veut bien encore donner une chance à ce gouvernement qui est encore au pouvoir pour une année et demi, mais c'est maintenant, quelque-part, la dernière chance. Parce-que jusque là, depuis qu'Emmanuel Macron a été élu, il a promis beaucoup, il a annoncé beaucoup, mais il n'a pas fait suffisamment." - Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France

 

(Christophe ARCHAMBAULT / AFP)