Claude Olive : "On a perdu 100 ha d’un seul tenant, plus 65 ha dans le diffus"

Claude Olive, maire de la ville d'Anglet, était l'invité de Jean-Marie Bordry dans "Les vraies voix de l'été" sur Sud Radio.

Incendie de la forêt de Chiberta, sur la commune d’Anglet, le 30 juillet 2020. (Photo by GAIZKA IROZ / AFP)

La ville d’Anglet, dans le Pays basque, a été touchée par un incendie qui a détruit une grande partie de sa pinède en cette fin de mois de juillet 2020. Claude Olive, maire de la ville, souligne que "tout ceci est sous contrôle" mais que les dégâts sont considérables.

"On a touché à la forêt, monsieur"

"On a perdu, sur les 250 ha de forêt que nous avons en plein cœur de cette ville", la pinède étant la spécificité d’Anglet, "100 ha d’un seul tenant, plus 65 ha dans le diffus". "C’est une catastrophe."
Le maire tient à rappeler que la devise de la ville, qui montre l’importance de la pinède pour les habitants, est "la mer et la forêt pour m’aider". "On a touché à la forêt, monsieur."

 

"Ce qui fait aussi la spécificité de notre ville d’Anglet, c’est son humanité, son humanisme"

Outre la pinède, le feu a également attaqué certaines habitations. Pas moins de "11 maisons" ont été touchées dont 5 qui sont totalement inhabitables, "des gens que nous avons relogés". "Hier, on a déplacé plusieurs centaines de personnes dans des gymnases, parce qu’il a fallu évacuer."
Dans l’adversité, Claude Olive remercie les Anglois et leur solidarité. "Ce qui fait aussi la spécificité de notre ville d’Anglet, c’est son humanité, son humanisme" avec des habitants qui sont "venus spontanément chercher des autres Anglois qui étaient dans la peine pour les logers".

 

"On va pleurer"

L’incendie, dont l’origine est encore inconnue, fait l’objet d’une enquête, confirme le maire de la ville. "La Police judiciaire est en train de faire son travail sous le contrôle de M. le Procureur de Bayonne." Pour autant, à ce jour, "il n’y a aucun soupçon". "L’enquête le dira."
La peine du maire d’Anglet, comme celle de ses habitants, se ressent clairement dans sa voix. "Je disais hier soir : le réveil pour les Anglois, en tout cas ceux qui ont dormi, ce qui n’est pas mon cas, va être douloureux, et on va pleurer"

 

"Tout ça est réduit à néant, il n’y a plus rien"

Claude Olive se veut optimiste : "la nature reprend toujours ses droits". Mais il n’empêche qu’il faudra des années avant que la pinède se reconstitue. "Les fondements, la richesse, l’essence même de cette ville, c’est sa carte environnementale." La ville accueillait un parc écologique où "on venait apprendre aux gamins ce qu’étaient la faune et la flore", avec des services… "Tout ça est réduit à néant, il n’y a plus rien". "Il va falloir s’atteler à reconstruire."

 

Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix de l'été" avec Jean-Marie Bordry

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !