éditorial

L'édito de Natacha Polony

Natacha Polony ©Anthony Ghnassia
Société

Charlie Hebdo à nouveau menacé, dans l'indifférence générale

L'hebdomadaire fait de nouveau l'objet de menaces de mort. La faiblesse des réactions tend à montrer que les intégristes sont en train de remporter leur combat.

 

La dernière Une de Charlie Hebdo, concernant Tariq Ramadan, dans le plus pur style Charlie, a entraîné un flot massif de nouvelles menaces de mort à l'encontre de l'hebdomadaire. Le tout dans une indifférence hallucinante.

C'est notamment sur Twitter que cela se passe et les messages ne sont pas anodins : "C'est pour quand le prochain attentat contre Charlie Hebdo, s'il vous plait ?", peut-on notamment lire.

Peut-on vraiment faire comme si le 7 janvier 2015 n'avait pas eu lieu ? Ces messages traduisent un fait. Il y a quelques Musulmans qui n'ont pas compris le droit à rire des religions, élément constitutif de l'histoire culturelle française. Ils sont toujours nourris de discours victimaires, certains parlant d'une obsession de Charlie Hebdo pour l'Islam, alors que ce genre d'affirmation ne résiste pas une seconde à la lecture du journal. Ce qui les dérange, ce n'est pas qu'on cible l'Islam, mais qu'on puisse rire avec un seul élément de l'Islam.

Et, on l'a vu, il peut se trouver, parmi ces croyants zélés, un taré pour passer à l’acte et gagner sa petite place au paradis des intégristes.

Le plus effarant, c’est qu’on voit désormais la presse regarder cela d’un air blasé. Voilà comment on apprend, l’air de rien, sous couvert d’apaisement, à baisser la tête.

Les intégristes ont déjà gagné sur un point : un non-croyant qui se contrefiche de l’Islam est obligé de respecter un dogme religieux, l’interdiction de représenter Mahomet.

Et ils sont en train de gagner sur un deuxième point : on ne plaisante pas avec le sacré. C’est dommage, parce qu’on sait, depuis Rabelais, que c’est justement avec le sacré qu’il faut plaisanter, que c’est ça la liberté. Mais précisément, c’est comme ça qu’elle s’efface, la liberté.

Écoutez l'édito de Natacha Polony dans le Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Les rubriques Sudradio