Catherine Euvrard, chasseuse de tête : "Je suis une indisciplinée notoire de cette profession"

Catherine Euvrard, chasseuse de têtes, auteure du livre "Faites n’importe quoi mais faites-le bien" (éditions Kiwi), était l’invitée d’André Bercoff, vendredi 11 juin, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Catherine Euvrard invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Sœur de "six garnements insupportables", Catherine Euvrard n'a jamais suivi un parcours conventionnel. Elle a appris de ce que disait sa mère : "faites n'importe quoi, mais faites-le bien". Une "merveille" d'avoir pu apprendre ce qui lui a donné une philosophie de vie et même le titre de son livre.

 

"Un vrai job !"

Catherine Euvrard est l'une des chasseuses de têtes les plus réputée de France, avec 1.570 recrutements à son actif. Elle nous explique cette profession méconnue, qui consiste à "être rémunéré après avoir bien défini des missions avec des clients, qui sont en général des dirigeants". Le but est de "démarcher les meilleurs là où ils se trouvent"

Chaque mission appelle à un travail pharamineux. "Nous appelons une cinquantaine de personnes, puis nous en recevons 10-12 et on en présente trois", explique la chasseuse de têtes qui, une fois "l'oiseau rare" déniché, offre une garantie d'un an. "Si avant un an, il ne reste pas en poste, parce qu'il est mauvais ou autre, je recommence gracieusement ma mission", confie Catherine Euvrard. "Un vrai job !", s'exclame-t-elle.

 

"Être aimable avec les dirigeants comme les chassés"

Sur un millier de postes occupés, Catherine Euvrard n'a eu que "neuf personnes" à remplacer. "On a un service après-vente implacable", se félicite-t-elle. "Il ne faut jamais oublier que ceux que nous chassons vont devenir de nouveaux clients, si on est bon", souligne la chasseuse de têtes qui tient à rester "aimable aussi bien avec les dirigeants qu'avec les chassés".

Dans une période de fort chômage comme aujourd'hui, il lui arrive parfois "de présenter quelqu'un qui n'est plus en poste", admet-elle. Mais ce "chassé" doit être "aussi bon que les deux autres qui sont toujours en poste". "Quand on est en poste et qu'on est chassé on a un discours positif, si on n'est plus en poste, il faut être bon", explique l'auteure qui "adore les outsiders". "Ça fait 30 ans que je suis une indisciplinée notoire de cette profession", s'amuse-t-elle.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !