Carnaval de Nice : "la condition à l'accès libre au Carnaval est de venir déguisé"

Gilles Roche
Gilles Roche, animateur officiel du Carnaval de Nice, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur… AFP

Gilles Roche, animateur officiel du Carnaval de Nice, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 15 février animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur l'organisation de cet événement exceptionnel.

"La ville de Nice met, comme condition à l'accès libre au Carnaval, de venir déguisé"

Gilles Roche est l'animateur officiel du Carnaval de Nice depuis 5 ans. "L'idée générale est de donner la main au public. Qu'ils soit niçois, né dans le Carnaval, ou venus des quatre horizons, il faut tenir les visiteurs par la main. Chaque pays a sa culture du carnaval et de la fête. Il faudra dire à certains groupes où on peut se déguiser, s'amuser. Entre copains, pour une soirée à thème, on fait la fête à la maison, entre 4 murs et entre amis : là, c'est devant 10.000 personnes voire 30.000, massées sur la place Masséna et qui attendent que ça de faire la fête. Il faut que quelqu'un vienne les prendre par la main et leur dire 'ici c'est la fête, à Nice, tout est permis !'"

Le Carnaval dure 15 jours, peut-on encore venir participer à cette fête en étant déguisé et masqués ? "C'est même recommandé ! L'essence-même du Carnaval est le déguisement ! La ville de Nice met comme condition à l'accès libre au Carnaval de venir déguisé. Le Niçois râle mais vous pouvez prendre un déguisement, venir nous rejoindre et c'est gratuit ! Pas seulement un chapeau, il faut vraiment jouer le jeu sans forcément être dans le thème, qui est cette année 'Roi du cinéma'."

"Pendant la période du Carnaval, il y a une fête permanente partout à Nice"

La bataille de fleurs, qui démarre le premier jour à 14h30, est un moment fort. "La bataille de fleurs de Nice existe depuis 1873. Elle a été un référent pour beaucoup de carnavals dans le monde. Au départ, c'étaient simplement les riverains, qui étaient des notables, plutôt du nord de l'Europe, qui venaient passer leur séjour sur la Côte d'Azur et qui à cette occasion avaient envie de faire une fête. En signe de bienvenue, on lance des fleurs. En réagissant, le public relançait les fleurs sur les mannequins qui étaient à l'époque sur des calèches. Maintenant c'est plus dans le sens de partir de Nice avec un souvenir : les fleurs."

Après la bataille de fleurs, suit le défilé des chars, et après ? "Pendant la période du Carnaval, il y a une fête permanente partout à Nice. Les commerçants mettent les vitrines à l'honneur, des grosses têtes partout. Le soir, le corso finit vers 23h mais on sent que les gens ont envie de continuer à faire la fête. C'est aux restaurants et autres de continuer à faire la fête". 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio