Carnaval de Nice : "il a inspiré tous les grands carnavals du monde"

Annie Sidro
Annie Sidro, historienne niçoise et présidente de l'association Carnaval sans frontières, interviewée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. Sud Radio

À l'occasion du Carnaval de Nice, qui se déroulera du samedi 16 février au samedi 2 mars, Annie Sidro, historienne niçoise et présidente de l'association Carnaval sans frontières, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 15 février animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

"Au 19e siècle, le Carnaval de Nice était le plus grand carnaval du monde"

Le Carnaval de Nice est particulier car il a inspiré tous les grands carnavals du monde. Selon Annie Sidro, historienne niçoise et présidente de l'association Carnaval sans frontières, "au 19e siècle, le Carnaval de Nice était le plus grand carnaval du monde. Les têtes couronnées venaient à Nice. L'Empereur de Rio en 1888 était à Nice au carnaval avec sa fille, la Régente Isabelle, et c'est à son retour qu'elle a développé le Carnaval de Rio. 

À partir de 1860, Nice est devenue française et la ville a connu un essor incroyable, y compris le Carnaval. Les congés payés d'été n'existaient pas et les riches venaient passer l'hiver à Nice. Ils ont aimé cette fête des autochtones. Le Carnaval emporte avec lui les soucis de l'année. À partir de 1873, après la guerre de 1870, comme le Carnaval connaissait un grand succès, pour récupérer cette clientèle, un Comité du Carnaval a été créé, qui est devenu le Comité des fêtes qui existe encore aujourd'hui."

Le Carnaval dure 15 jours, dans le centre de Nice. Historiquement, ça na pas toujours été autour de la place Masséna. "Au début, c'était dans le Vieux-Nice, sur le Cours Saleya, puis à partir de 1893, avenue Jean-Médecinet place Masséna."

"Le Carnaval de Nice a inspiré le Carnaval de Rio, de Québec, de la Nouvelle-Orléans "

Le Carnaval de Nice a inspiré le Carnaval de Rio, de Québec, de la Nouvelle-Orléans : on venait prendre modèle sur le Carnaval de Nice, y compris la bataille de Fleurs. La bataille de Fleurs est partie d'un évènement carnavalesque historique : au départ, les chars étaient très institutionnels : la justice, la liberté, la beauté... Un groupe de Niçois a décidé de mettre des chauves-souris sur un char, qui a beaucoup plu aux Niçois. Mais le jury a préféré un autre char plus académique. Il y a eu une bagarre dans la ville et l'année suivante, un nouveau Comité des fêtes plus chic a été créé, présidé par le beau-frère du Président de la République. Une bataille de Fleurs a été créée, très élégante, sur la promenade des Anglais."

Lors de la bataille de fleurs, sur chaque char, des mannequins costumés lancent jusqu'à 100.000 fleurs sur le public. "On a des mimosas superbes qui ont beaucoup de succès. À la fin du corso, les mannequins arrachent les fleurs et les donnent au public".

"Depuis quelques années, il y a quelques chars politiques"

Quelle est l'origine du Roi et de la Reine du Carnaval ? "Il y a toujours eu un Roi. Au départ, c'était un mannequin bourré de chiffons et de paille, pour symboliser la période entre l'hiver où il ne fait pas beau et le printemps, un rite de passage entre les ténèbres et le ciel pour que la terre devienne plus féconde.

Depuis quelques années, il y a quelques chars politiques : nous avons eu un Roi Emmanuel Macron plusieurs fois, le Premier ministre Édouard Philippe. Pour les chars, il y a un concours pour les dessinateurs, qui sont souvent des caricaturistes renommés et un jury va choisir 17 projets sur presque 200 candidatures. Il y a ensuite un appel d'offres et les carnavaliers vont faire les chars".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Les rubriques Sudradio