Prendre sa température avant de monter dans le train: la SNCF expérimente des bornes par caméras thermiques

Depuis mardi, la SNCF a mis en vente ses billets pour les fêtes de fin d’année. Covid oblige, ils seront éligibles à l’échange et au remboursement jusqu’au 4 janvier. La SNCF espère ainsi faire revenir tous ses voyageurs. Pour les rassurer, elle teste depuis mardi des bornes santé sur la ligne TGV entre Paris et Toulouse. Objectif: rassurer les passagers.

Un agent aide un homme à prendre sa température en gare Matabiau, le mardi 6 octobre. (GEORGES GOBET / AFP)
Reportage Sud Radio de Christine Bouillot à la gare Matabiau de Toulouse

 

Juste avant de présenter son billet, le voyageur est invité à se placer devant les bornes santé. Toutes sont capables en quelques secondes, sans contact, de prendre la température: "ça marque 'OK'.... Elle est en dessous de 38,5 degré, donc a priori vous n'avez pas de fièvre", explique un agent de la SNCF, rassurant. Initiative saluée par ce voyageur: "On est relativement nombreux dans le train donc c'est préventif... C'est très bien !"

Si la température dépasse les 38,5, pas d'interdiction de monter dans le train, mais la sécurité sanitaire est renforcée, explique Laurence Pichard, en charge de cette expérimentation:

"S'ils ont plus de 38,5, on s'approche d'eux pour leur donner un nouveau masque et deux doses de gel hydroalcoolique. Cela permet d'être serein. Soit les gens qui sont montés dans le train sont totalement sain, soit - en cas de petite infection - ils ont changé de masque et se sont désinfecté les mains" - Laurence Pichard, SNCF

Pour cette première journée de test sur la ligne de TGV Toulouse-Paris, 1200 personnes vont ainsi accepter de prendre leur température rien qu’à Matabiau. L’objectif est de rassurer par tous les moyens, explique Nicolas Marsat, dirigeant de l’activité voyageurs de la gare Matabiau: "C'est quelque-chose qui est déjà mis en place dans les aéroports, et la SNCF voulait tester ces dispositifs pour rassurer nos clients et les faire voyager en toute sérénité..."

Cette expérimentation va durer jusque au 23 octobre en, gare de Toulouse et de Paris Montparnasse.