Bernie Bonvoisin : "Macron est juste un comptable"

Bernie Bonvoisin, le leader du groupe Trust, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 18 octobre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40. Il revient sur son nouvel album "Fils de Lutte", chez Verycords.

Bernie Bonvoisin, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 18 octobre à 7h40.

Bernie Bonvoisin est le leader du premier groupe de rock français "Trust", qui a détonné dans les années 80 avec le titre "Antisocial". Il a depuis poursuivi une carrière de réalisateur de films et documentaires, mais il est toujours sur scène et vient de sortir un nouvel album, "Fils de Lutte".

 

Bernie Bonvoisin : Emmanuel Macron "découvre qu'il y a un truc qui s'appelle la province"

Quand on regarde les paroles de l'album "Fils de Lutte", l'inspiration est toujours cherchée dans la contestation sociale et le combat politique. "Je vais sur le terrain, contrairement à beaucoup ! confirme Bernie Bonvoisin au micro de Patrick Roger. Je vis dans la même société que vous, dans le même monde que vous, il y a des choses qui me traversent, qui me bouleversent. Une des particularités des deux ans de tournée qu'on a terminés il y a un mois, c'est qu'on est allé en dehors des circuits habituels d'artistes, on est allé dans des villes qui n'étaient pas sur la carte. On est vraiment allé à la rencontre des gens. Quand vous faites plus de 200 concerts, vous arrivez à voir comment ça se passe, ce que ça sent".

Pas comme Emmanuel Macron, qu'on a considéré comme déconnecté du terrain, que Bernie Bonvoisin met en scène dans son nouvel album. "Lui [Emmanuel Macron] découvre qu'il y a un truc qui s'appelle la province, qu'il y a des gens qui vivent là, qu'ils ont besoin de manger". Est-ce de l'anti-Macron ? "Non ! C'est juste un constat. Faire de la politique c'est une chose, faire de la comm' c'est autre chose. Ce mec est un comptable, ce n'est pas de moi, c'est Mitterrand qui avait dit ça, qu'après lui il y aurait des comptables. Pour moi, il en est l'archétype. C'est juste un comptable ! Aujourd'hui, les mecs dirigent les États comme des entreprises. C'est beaucoup de la bouche, il parle, il parle..."

 

Bernie Bonvoisin : "Moi j'aime bien ça, la désobéissance civile..."

Que pense Bernie Bonvoisin des mouvements actuels, Extinction Rebellion, ces militants qui estiment qu'on n'en fait pas assez pour la planète, ou encore les Gilets Jaunes ? "Moi j'aime bien ça, la désobéissance civile... Quand une société est sourde aux mots, il faut combattre par d'autres moyens. Je comprends qu'un père de famille, une femme qui vit seule, avec des mômes, et qui touche 800 euros par mois, ait envie à un moment de descendre dans la rue et de mettre le feu. Je ne dis pas que je le cautionne, mais je le comprends

La problématique est qu'il a fallu à chaque fois qu'il y ait de la casse et de la violence pour que les gens s'asseyent et commencent à écouter ce que ces gens-là leur disaient depuis des mois. C'est terrible d'arriver à ce genre de chose. Quand 280 ouvriers sont mis sur le carreau, c'est autant violent que ce qu'on a vu sur les Champs-Elysées, ça impacte des familles entières".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !