single.php

Bardella détaille sa stratégie sur les compétences de l'UE

Jordan Bardella, tête de liste du RN pour les élections européennes, a présenté jeudi une "stratégie tricolore" visant à déterminer au niveau communautaire les coopérations qu'il "approuve", les dossiers pour lesquels il réclame de "nouvelles conditions" et "les lignes rouges", notamment l'immigration.

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Jordan Bardella, tête de liste du RN pour les élections européennes, a présenté jeudi une "stratégie tricolore" visant à déterminer au niveau communautaire les coopérations qu'il "approuve", les dossiers pour lesquels il réclame de "nouvelles conditions" et "les lignes rouges", notamment l'immigration.

La "stratégie tricolore", avec ses feux vert, orange et rouge, "se veut, précisément à l'aube de ces élections européennes, une clarification de nos intentions", a fait valoir le président du Rassemblement national, trois jours avant un meeting à Marseille qui doit lancer sa campagne.

"Les dossiers verts regroupent les coopérations actuellement engagées que nous approuvons et que nous soutiendrons", a-t-il expliqué, en citant le programme d'échange étudiant Erasmus, "la mutualisation des moyens matériels de la Protection civile", ou "les coopérations industrielles, économiques, scientifiques sur les grands projets d'avenir".

Sont visés par un feu orange les dossiers pour lesquelles il souhaite "des conditions nouvelles et particulières", notamment la libre circulation dans l'espace Schengen, qu'il souhaite "exclusivement réservée" aux ressortissants européens, ou le marché unique, en réclamant de pouvoir "favoriser nos entreprises au niveau national".

La gestion de l'immigration "à l'intérieur même de nos États", la "souveraineté énergétique", la diplomatie, la défense "dont la propriété de notre dissuasion nucléaire", constituent en revanche des "lignes rouges", de même qu'un élargissement de l'Union ou le passage de l'unanimité à la majorité qualifiée pour la prise de décisions dans l'UE.

"On retient souvent sur quoi on n'est pas d'accord, mais on n'a pas eu l'occasion de dire sur quoi on est d'accord et qui pourrait faire l'objet d'un programme commun avec nos alliés européens", a expliqué auprès de l'AFP Marine Le Pen en marge de cette conférence de presse.

Jordan Bardella a assumé que "l'aboutissement de cette stratégie +tricolore+ vise à redéfinir les bases d'un nouveau traité qui sera celui de +l'Alliance européenne des nations+. "Il n'est pas prévu que nous proposions ce traité d'ici au 9 juin", jour du scrutin européen, a-t-il dit.

"On va peut-être le faire d'ici à la prochaine élection présidentielle", a-t-il ajouté.

Alors que la tête de liste la macronie, Valérie Hayer, a dénoncé jeudi dans Le Figaro "l'imposture crasse" du patron du RN en mettant en garde contre "un Brexit de l'intérieur si les eurosceptiques sont majoritaires", celui qui caracole en tête des intentions de vote (30% contre 18% pour la liste Renaissance-MoDem-Horizons) l'a renvoyée au "bilan d'Emmanuel Macron sur le plan européen et français".

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
04H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
15H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/