single.php

Attal promet d'être au "rendez-vous" pour les agriculteurs, les manifestants se rapprochent de Paris

Le Premier ministre a promis mardi aux agriculteurs "d'être au rendez-vous" pour répondre à leur malaise et Bruxelles a esquissé des concessions, sans forcément convaincre les manifestants, dont certains se rapprochent de Paris.

EMMANUEL DUNAND - AFP

Le Premier ministre a promis mardi aux agriculteurs "d'être au rendez-vous" pour répondre à leur malaise et Bruxelles a esquissé des concessions, sans forcément convaincre les manifestants, dont certains se rapprochent de Paris.

Gabriel Attal a défendu dans sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale une "exception agricole française", des déclarations qui n'ont pas convaincu, même si les tractations se poursuivent.

Pendant trois heures, mardi soir, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs, syndicats majoritaires, ont été reçu à Matignon, selon une source au sein de l'exécutif, une réunion dont rien n'a filtré dans l'immédiat.

Enumérant plusieurs des mesures destinées à faciliter la vie des exploitants déjà annoncées, Gabriel Attal a rappelé que la crise agricole ne serait pas réglée "en quelques jours".

Mais il est prêt à "aller plus loin", promettant par exemple que les aides européennes de la Politique agricole commune (PAC) seraient versées "d'ici le 15 mars" et des aides fiscales supplémentaires pour les éleveurs.

Malgré tout, la mobilisation n'a pas faibli mardi: à 18H00, les services du renseignement territorial ont recensé près de 120 points de blocage, avec 12.000 agriculteurs mobilisés, plus de 6.000 tracteurs, au niveau national.

Signe que les agriculteurs sont toujours plus proches de la capitale, des blindés de la gendarmerie ont été déployés mardi soir sur l'A6 à hauteur de Chilly-Mazarin (Essonne), où se trouvent des tracteurs de la FDSEA de Seine-et-Marne, sans incidents toutefois, selon les forces de l'ordre.

Les agriculteurs continuent également leur progression vers Lyon, avec pour objectif de faire le blocus de la deuxième ville de France. Des tracteurs ont ainsi bloqué en fin de journée l’A89, qui relie Lyon à Clermont-Ferrand. L’A7 reste coupée, sur près de 130 km, tout comme l’A6 au niveau de Villefranche-sur-Saône, et l’A43 à Saint-Quentin.

Le syndicat majoritaire FNSEA est resté muet mardi après le discours de M. Attal, qui n'a offert selon la Confédération paysanne, 3e syndicat agricole, classé à gauche, "aucune perspective de long terme" au monde paysan.

La "Conf'" a appelé mardi soir "à bloquer les centrales d'achat" de la grande distribution, une menace déjà mise à exécution par exemple à Cavaillon, dans le Vaucluse, sur la base logistique d'Aldi pour la région PACA et la plateforme du groupe Leclerc. Le syndicat a réitéré sa demande d'interdiction d'achat des produits agricoles en-dessous de leur prix de revient, à la veille d'un entretien avec le Premier ministre.

Le président Emmanuel Macron, lors d'une visite d'Etat en Suède, s'est de son côté engagé à défendre plusieurs revendications des agriculteurs français à Bruxelles, sur l'Ukraine, les jachères et l'accord commercial avec les pays latino-américains du Mercosur.

La Commission européenne a déjà annoncé mardi qu'elle envisageait d'adopter une nouvelle dérogation aux obligations de jachères.

Le mouvement de colère s'étend en tout cas sur le continent: après des manifestations en Allemagne, en Pologne, en Roumanie, en Belgique ou en Italie ces dernières semaines, les grands syndicats agricoles espagnols ont annoncé des "mobilisations" au cours des "prochaines semaines".

- "Remotivé" -

En France, le discours de Gabriel Attal a été reçu froidement par des agriculteurs interrogés par l'AFP.

"Il ne répond absolument pas à nos attentes! On aurait aimé par exemple qu'il annonce (la suppression) des droits de succession agricoles", a indiqué le président de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, Serge Bousquet-Cassagne.

Assurant être "remotivé" par le fait d'avoir été "berné" par le gouvernement, il était en route pour rejoindre le convoi de 200 tracteurs qui, parti d'Agen sous l'étendard de la Coordination rurale, prévoit de rejoindre le marché de Rungis, poumon alimentaire de l'Ile-de-France, après une nuit entre Vierzon et Orléans.

Après avoir été bloqué à plusieurs reprises par les forces de l'ordre, le convoi reste surveillé de près par les gendarmes.

Dans un convoi de centaines de tracteurs bloquant l'A35, l'autoroute qui longe Strasbourg, Johanna Trau, céréalière et éleveuse à Ebersheim, se montre sceptique sur le versement des aides PAC au 15 mars.

"Déjà que certaines mesures mettent trois ou quatre ans à être appliquées... Là je demande à voir!", dit-elle avant d'ajouter: "On veut pas forcément être bercés aux aides, on veut surtout des prix rémunérateurs."

Des agriculteurs participent à un barrage routier avec leurs tracteurs sur l'autoroute A9 près de Nîmes, dans le sud de la France, le 29 janvier 2024

Des agriculteurs participent à un barrage routier avec leurs tracteurs sur l'autoroute A9 près de Nîmes, dans le sud de la France, le 29 janvier 2024

Sylvain THOMAS - AFP

Près de deux semaines après le premier blocage d'axes routiers en Occitanie, les agriculteurs continuent à perturber le trafic un peu partout en France.

Contrôles informels de cargaisons de camions aux alentours des supermarchés à Marmande (Lot-et-Garonne), dégustation de fromages en Indre-et-Loire, déversement de pneus devant des bâtiments administratifs en Mayenne, rassemblement devant la préfecture de Saint-Denis sur l'île de la Réunion: les actions organisées mardi ont pris diverses formes.

Autres organisations déçues par le discours de Gabriel Attal: les associations environnementales.

Le Premier ministre français Gabriel Attal participe à une visite dans une ferme à Parçay-Meslay, près de Tours, le 28 janvier 2024

Le Premier ministre français Gabriel Attal participe à une visite dans une ferme à Parçay-Meslay, près de Tours, le 28 janvier 2024

Alain JOCARD - AFP

"En se focalisant sur la suppression des normes environnementales, le Premier ministre privilégie l'agro-industrie au détriment des agriculteurs et des écosystèmes dont ils dépendent", a regretté Greenpeace.

Les Amis de la Terre ont dénoncé pour leur part des mesures ne représentant "qu'un pansement sur une jambe de bois tant que les pouvoirs publics n'adressent pas les causes structurelles de la situation économique désastreuse des agriculteurs: accords de libre-échanges, mauvaise allocation des aides PAC, absence de revenu plancher pour les agriculteurs".

burs-jum-sm/ngu/cbn

Par Juliette MICHEL avec les bureaux régionaux de l'AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
11H
Revenir
au direct

À Suivre
/