single.php

Attal prépare son grand oral sous pression devant l'Assemblée

Imprimer son style et dévoiler sa feuille route: trois semaines après sa nomination, Gabriel Attal met la dernière main au discours de politique générale qu'il doit prononcer mardi devant l'Assemblée nationale, sous la pression conjuguée des agriculteurs et d'oppositions remontées.

Alain JOCARD - AFP

Imprimer son style et dévoiler sa feuille route: trois semaines après sa nomination, Gabriel Attal met la dernière main au discours de politique générale qu'il doit prononcer mardi devant l'Assemblée nationale, sous la pression conjuguée des agriculteurs et d'oppositions remontées.

Dans une ferme au nord-est de Tours (Indre-et-Loire), le Premier ministre a évoqué dimanche en souriant ce grand oral attendu, confiant à ses interlocuteurs les réticences de son entourage - "les gens en costume derrière" - autour de ses déplacements à répétition à l'approche de l'échéance.

"Une partie de mon équipe disait +tu as ta déclaration de politique générale mardi, il faut que tu restes dans ton bureau à la travailler+. Et moi je leur ai dit +non, je veux aller sur le terrain, même si c'est difficile, même si je me fait engueuler", a-t-il glissé sous l'oeil des caméras.

Avec le "siège de Paris" promis à partir de lundi par des syndicats d'agriculteurs déçus par ses premières annonces en faveur du secteur, c'est dans un contexte de crise que Gabriel Attal se présentera mardi devant les députés.

Lors de son déplacement dimanche, il a ébauché les "trois piliers" qui devraient structurer sa déclaration: "le travail", "les services publics" et la "transition écologique".

Sur le premier volet, Gabriel Attal cible les classes moyennes, "ceux qui ne peuvent compter que sur leur boulot et ont le sentiment de ne rien recevoir en retour". L'accès aux soins, l'éducation "mère des batailles", la sécurité et l'autorité, seront eux les thèmes centraux de la partie sur les services publics.

Au chapitre écologique, le Premier ministre a dit espérer "sortir des débats stériles entre croissance et climat", promettant de bâtir "un nouveau modèle de croissance, car l'écologie crée des emplois".

- "Souffrance générale" -

"C'est autour de ces défis, que nous allons travailler à construire des majorités au Parlement", a assuré le chef du gouvernement, qui a pris son temps pour bâtir sa feuille de route, souhaitant la nourrir d'échanges avec les parlementaires, les organisations syndicales, les élus locaux et "les Français".

Mais Gabriel Attal est toujours face à la même réalité politique que celle à laquelle était confrontée sa prédécesseure, Elisabeth Borne: l'absence de majorité absolue à l'Assemblée.

Et comme l'ont montré ses premières passes d'armes dans l'hémicycle électrique du Palais Bourbon, les oppositions sont loin d'être tombées sous son charme.

La gauche, unie pour l'occasion, lui promet même sa première motion de censure, pour répliquer à son choix de ne pas solliciter de vote de confiance après sa déclaration de politique générale.

"On se prépare à un programme de souffrance générale", avait ironisé le coordinateur de la France insoumise, Manuel Bompard, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre lundi dernier.

- "Gentil, mais..." -

"La seule chose qu'il nous ait dite, c'est qu’il était là pour faire du Borne en plus rapide, en plus puissant", avait taclé de son côté le chef du Parti socialiste, Olivier Faure, après avoir été lui aussi reçu à Matignon, décrivant un Gabriel Attal en simple "porte-parole" d'Emmanuel Macron.

Un ponte de la droite ironise: "On a un Premier ministre qui est très gentil mais le problème, c'est que c'est le président qui décide de tout".

Vent debout contre les hausses annoncées des franchises médicales et des prix de l'électricité, les oppositions estiment qu'Emmanuel Macron a largement réduit la marge de manoeuvre de son nouveau chef de gouvernement, en détaillant une série de mesures à venir lors de sa conférence de presse télévisée du 17 janvier.

Mais un ministre juge au contraire que la déclaration de politique générale de Gabriel Attal s'annonce "stratégique": "Il doit construire un discours qui lui donne une véritable identité politique".

Une fois prononcé ce discours, la deuxième salve de nominations prévues pour boucler la nouvelle équipe gouvernementale devrait intervenir "assez rapidement", a assuré la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot.

Avoir attendu aussi longtemps, "c'est très malin", commente un député macroniste, car "ça permet politiquement de garder au calme un certain nombre de personnes qui attendent de voir le paysage complet avant de s'exprimer".

Par Cédric SIMON / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/