Arbres fruitiers menacés par le gel : "Cela fait trois semaines que l’on tremble"

Une vague de gel s’est abattue sur le pays, et menace les productions des viticulteurs et des arboriculteurs. David Sève, arboriculteur à Beaucaire, président de la FDSEA du Gard, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 7 avril. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. 

Des bougies dans un verger pour les préserver du gel à Westhoffen, le 6 avril 2021 (Frederick Florin/AFP)

"Des sondes nous alertent quand les températures deviennent trop basses"

Les températures ont chuté d'une vingtaine de degrés en quelques jours : les arbres fruitiers sont-ils menacés par le gel ? "Nous avons vraiment de grosses menaces de gel, confirme David Sève, arboriculteur à Beaucaire, président de la FDSEA du Gard. Ce matin, nous avons mis en œuvre toutes les techniques pour le combattre. Nous avons peur pour demain matin. Cela fait trois semaines que l’on tremble. Là, il faut veiller une partie de la nuit. Des sondes nous alertent quand les températures deviennent trop basses."

À partir de quelle température cela devient-il dangereux pour les arbres fruitiers ? "En dessous de zéro, au stade où ils sont, cela devient dangereux. Nous avons des pêches, des abricots, des cerises, des pommes et des poires. Cerises, abricots et pêches sont déjà avancés et ont déjà dépassé la fleur. Pour les pommiers et les poiriers, il faudrait faire en dessous de -2°C. Nous sommes plus sereins, mais on ne sait pas ce qui va se passer."

"Une technique par aspersion"

Comment faire pour éloigner le froid ? "Il existe trois grands systèmes éprouvés. Le premier est une tour éolienne, qui ressemble à un hélicoptère. Quand elle se met en route, elle prend l’air plus chaud en haut et va l’envoyer sur les arbres, le ventiler pour éviter que cela gèle. Nous avons aussi un système de bougies, de brûlots, qui font remonter la température de façon assez spectaculaire. C’est quelque chose qui coûte relativement cher et nécessite de se lever avec beaucoup de monde la nuit pour les allumer."

"Enfin, détaille le président de la FDSEA du Gard, il existe une technique par aspersion. Cela peut paraître contre-intuitif, mais on envoie de l’eau sur les arbres, qui va glacer les branches et protège le fruit qui se trouve au milieu. C’est assez efficace. Comme nous avons de l’eau en abondance, nous utilisons plutôt cette méthode."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !