Anne Lavaud : "la consommation de stupéfiants est une exclusion de garantie en assurance"

Selon la dernière édition de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), en 2018 le nombre de personnes à l’alcoolémie au volant positive a baissé de 14.000, tandis que celui des personnes contrôlées positives aux stupéfiants a augmenté de 15.000.

En 2018, 72.000 tests de conducteurs aux stupéfiants se sont révélés positifs.

Selon Anne Lavaud, déléguée générale de l’association Prévention routière, cela est dû à la fois à une meilleure détection des stupéfiants et à leur prévalence chez les conducteurs, qui ne diminue pas. Anne Lavaud était l’invitée de l’émission "C’est à la une" le 10 octobre 2019 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

Stupéfiants : une détection désormais plus efficace

"Le nombre de personnes contrôlées positives aux stupéfiants a progressé de 28%, ce qui est énorme. C’est lié essentiellement à l’équipement des forces de l’ordre. Depuis 2017, ils disposent d’un test qu’ils peuvent utiliser directement en bord de route, alors qu’auparavant il fallait envoyer les résultats à l’hôpital", a commenté Anne Lavaud.

Autre raison évoquée par Anne Lavaud : un certain laxisme de la part de nos concitoyens s’agissant de la consommation de drogue. "Depuis 20 ans, les campagnes de communication nous rappellent que 'celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas'. En revanche, il y a 20 ans on a oublié de rajouter que celui qui conduit, c’est également celui qui n’a pas consommé de drogue."

Les marqueurs des stupéfiants restent plusieurs jours après la consommation

"Au-delà de l’interdiction légale des stupéfiants, il y a de bonnes raisons pour lesquelles il ne faut pas conduire quand on a consommé ce type de produits. Cela altère toutes les fonctions mentales et cognitives.

Les marqueurs des stupéfiants sont beaucoup plus longs à être évacués que les marqueurs de l’alcool. Si vous avez fumé un joint deux ou trois jours précédant le contrôle, vous allez avoir les marqueurs. Il faut aussi rappeler que c’est une exclusion de garantie en assurance : quand on a été contrôlé positif aux stupéfiants et qu’on a causé un accident, on est 100% responsable", a déclaré Anne Lavaud.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !