Acte 30: Les gilets jaunes espèrent re-mobiliser, cette fois en banlieue

Ce samedi 7 juin, se tiendra l’acte 30 des gilets jaune, une semaine après avoir réuni environ 10.000 en France: une mobilisation en baisse depuis plusieurs semaines. Pour relancer le mouvement, plusieurs rassemblements sont prévus. Une journée surtout marquée par une manifestation en banlieue parisienne, pour la première fois depuis le début du mouvement, il y a près de sept mois. Les manifestants partiront du Stade de France pour arriver devant la préfecture de Bobigny. Objectif: mobiliser au delà des portes de Paris. Pouvoir d’achat trop bas, impôts trop élevés, ou encore violence policières: pour la banlieue comme pour les gilets jaunes, les revendications sont les mêmes, font-ils valoir.

 

Reportage Sud Radio d'Edmée Citroën, à Saint-Denis

 

Thumbnail

"Banlieusards et gilets jaunes: même combat", explique Sofiane, 22 ans. Ce manifestant la première heure a grandi dans le 93. Il se trouve aux côtés d'Alain, organisateur de cette première marche jaune en Seine-Saint-Denis: "C'est les salaires minimes, trop de taxes, les services publics pas à la hauteur. Je pense que la personne de ba,lieue, de province ou de Paris, se rend compte qu'elle n'arrive pas à finir le mois correctement. Ce que revendiquent les gilets jaunes, c'est ce que tout le monde revendique: vivre. Vivre dignement." Mobiliser au delà du périphérique parisien, c'est aussi stratégique pour les militants, car certains dont l'objet d'une procédure judiciaire et ont interdiction de séjourner à Paris intra-muros.

"J'aimerai y aller, mais ils tirent au flashball..."

Ils comptent aussi sur les riverains qui ont de la sympathie pour le mouvement: exemple avec Hafida, la quarantaine: cette mère de trois enfants travaille à mi-temps, et elle a du mal à joindre les deux bouts: "J'ai mes enfants", explique t-elle, regrettant de ne pouvoir se joindre au cortège malgré ses fins de mois difficiles: "avec tout ce qui se passe, ils tirent des flashball, mais sinon j'aimerai y aller avec eux. J'arrive pas à nourrir mes enfants. J'ai des suppléments de Pôle emploi et de la CAF, mais j'y arrive pas !" Ici, nombreux comme Hafida soutiennent les gilets jaunes, sans pour autant aller battre le pavé ce samedi. Les organisateurs espèrent tout de même un regain de la mobilisation, qui baisse chaque samedi depuis plusieurs semaines.