single.php

A six mois des JO, Macron part vainqueur

La réussite des Jeux olympiques "est à notre portée", a affirmé mardi le président Emmanuel Macron, confiant malgré le défi "massif" des transports", et jugeant "plus que jamais atteignable" le "top 5" des nations médaillées.

STEPHANE DE SAKUTIN - POOL/AFP

La réussite des Jeux olympiques "est à notre portée", a affirmé mardi le président Emmanuel Macron, confiant malgré le défi "massif" des transports", et jugeant "plus que jamais atteignable" le "top 5" des nations médaillées.

Ces Jeux seront "un formidable moment de fierté française et de célébration", a déclaré le chef de l'Etat lors de ses "vœux olympiques" à l'Institut national du sport (Insep), à Paris.

Dans la grande halle "inaugurée par le général de Gaulle", M. Macron a souhaité aux sportifs "une année de résultats et de médailles". L'objectif, qu'il a lui-même fixé, de hisser la France dans le "top cinq" en nombre de médailles "est plus que jamais atteignable", a-t-il ajouté, pour maintenir une "saine pression" sur les athlètes engagés.

Message passé directement, un peu plus tôt, aux dix judokates déjà sélectionnées pour la compétition suprême: "Vous devez avoir plus faim que les autres, y a pas le choix", leur a-t-il lancé. "Faites le maximum", a-t-il insisté, "pas simplement pour ramener des médailles, mais pour continuer d'inspirer la jeunesse".

Même "exigence d'excellence" pour l'organisation, qui devra être "irréprochable", a souligné M. Macron, en mettant l'accent sur le "défi massif" des transports en commun. Une gageure pour le réseau francilien, déjà surchargé en temps normal et qui devra absorber cet été 600.000 à 800.000 voyageurs supplémentaires chaque jour.

"Il y a des segments où la pression sera certes forte", mais "c'est à notre portée", a-t-il assuré, renvoyant au gouvernement le soin d'émettre des "recommandations" pour les "usagers du quotidien", qui pourraient être incités à télétravailler.

- Rallonges et "héritage" -

Le président Emmanuel Macron le 23 janvier 2024 à Paris

Le président Emmanuel Macron le 23 janvier 2024 à Paris

STEPHANE DE SAKUTIN - POOL/AFP

Résolument confiant, le président de la République s'est félicité de voir les sites olympiques "livrés en temps et en heure", le tout avec "un budget maitrisé" et un dépassement limité pour l'heure à 13% contre "200% d'augmentation" pour ceux de Londres en 2012.

Rigueur qui ne tient toutefois pas compte des contreparties accordées à certaines professions clé, notamment les policiers qui ont manifesté la semaine dernière pour réclamer des compensations.

"On va leur demander de sacrifier leurs vacances", a concédé M. Macron, promettant que cet "investissement" sera "salué et reconnu".

Une rallonge parmi d'autres, entre la hausse des moyens du ministère des Sports, l'enveloppe pour adapter les transports aux personnes handicapées ou le plan pour "rendre la Seine baignable".

Autant d'éléments qui demeureront comme "l'héritage" des Jeux olympiques, au même titre que le sport à l'école désormais "généralisé" et "inarrêtable", a-t-il affirmé.

Preuve que cette politique censée "ancrer le sport dans la vie de la nation" porte ses fruits, le locataire de l'Elysée a vanté les "trois millions de pratiquants supplémentaires" depuis 2017 et souhaite désormais doubler la mise d'ici 2027.

Lourde responsabilité confiée à la ministre Amélie Oudéa-Castéra, qu'il a "très sincèrement" remerciée. Marque de soutien à celle qui avait réussi un sans-faute aux Sports mais se retrouve dans la tourmente depuis sa promotion à l'Education, au point qu'elle a songé à remettre sa démission.

La numéro cinq du gouvernement est néanmoins apparue tout sourire aux côtés du chef de l'Etat, visiblement dans son élément au milieu des athlètes de l'Insep.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/