single.php

A Mediapart, Edwy Plenel en passe de raccrocher les gants

"Un passage de témoin en bon ordre": à 71 ans, le journaliste Edwy Plenel a annoncé lundi qu'il allait quitter le 14 mars la direction de Mediapart, média d'investigation en ligne qu'il a cofondé il y a seize ans.

Thomas COEX - AFP/Archives

"Un passage de témoin en bon ordre": à 71 ans, le journaliste Edwy Plenel a annoncé lundi qu'il allait quitter le 14 mars la direction de Mediapart, média d'investigation en ligne qu'il a cofondé il y a seize ans.

L'actuel directeur de la publication n'a pas dévoilé le nom de son successeur.

"Je continuerai à écrire pour Mediapart, je continuerai à être présent par ma plume mais je ne serai pas le responsable juridique, le patron de l'entreprise", a-t-il précisé dans l'émission "Affaires sensibles" sur France Inter.

"Le miracle de Mediapart, c'est que l'équipe pour l'essentiel a entre 25 et 45 ans, j'en ai 71. Il est normal que ça vive, indépendamment de nous", a souligné le journaliste à la moustache et au sourire malicieux, redouté des dirigeants politiques de tous bords.

Avec son équipe, il avait lancé l'affaire Cahuzac fin 2012, du nom de l'ex-ministre socialiste du Budget déchu après avoir menti sur son compte bancaire secret détenu à l'étranger.

Sous Nicolas Sarkozy, le patron de Médiapart, avec sa jeune rédaction motivée, avait enquêté sur les relations étroites entre la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière des cosmétiques L'Oréal, et des proches de Nicolas Sarkozy, s'attirant leurs foudres.

Mediapart, qu'Edwy Plenel a fondé en 2008 avec François Bonnet, Laurent Mauduit et Marie-Hélène Smiéjan, compte 135 salariés et 220.000 abonnés

Mediapart, qu'Edwy Plenel a fondé en 2008 avec François Bonnet, Laurent Mauduit et Marie-Hélène Smiéjan, compte 135 salariés et 220.000 abonnés

JOEL SAGET - AFP/Archives

Mediapart est-il un journal donneur de leçons, toujours à l'affût d'une proie?

"On a une seule boussole, qui est l'intérêt public. On ne cible pas des camps, des personnes", assure son co-fondateur, qui évoque des champs d'enquête larges, de l'écologie aux violences sexistes et sexuelles.

Le média a ainsi publié de nombreux articles sur le mouvement #MeToo, dont des témoignages sur Gérard Depardieu ou plus récemment sur le psychanalyste Gérard Miller.

Un article consacré en 2021 à l'ex-mari de Maïwenn, le cinéaste Luc Besson accusé de viol par une actrice, avait provoqué la fureur de la réalisatrice. Maïwenn avait tiré les cheveux d'Edwy Plenel dans un restaurant parisien, début 2023. Elle a été condamnée récemment à une amende de 400 euros.

- En bonne santé -

M. Plenel va partir l'esprit serein: Mediapart est "profitable" et "nous n'avons aucun endettement". En 2023, "nous avons augmenté notre chiffre d'affaires, augmenté notre résultat", a-t-il souligné avant le bilan annuel, le 14 mars aussi.

Le journaliste Edwy Plenel, cofondateur de Mediapart, le 30 avril 2012 à Paris

Le journaliste Edwy Plenel, cofondateur de Mediapart, le 30 avril 2012 à Paris

Martin BUREAU - AFP/Archives

Le média, qu'il a fondé en 2008 avec François Bonnet, Laurent Mauduit et Marie-Hélène Smiéjan, compte 135 salariés et 220.000 abonnés. Il s'est protégé en 2019 de toute "prédation" de son capital, en mettant en place une structure juridique innovante.

Ses parts appartiennent désormais à une nouvelle structure non lucrative, le Fonds pour une presse libre, via la Société pour la protection de l'indépendance de Mediapart, un montage qui sanctuarise selon ses inventeurs le capital du journal en ligne.

"Cette structure garantit totalement que personne de l'extérieur ne peut venir intervenir sur Mediapart" et "cela permet de voir venir", se félicite le directeur de la publication.

Entré au quotidien Le Monde en 1980, Edwy Plenel, venu de la gauche révolutionnaire des années 1970, avait commencé sa carrière en 1976 au quotidien Rouge, organe de la Ligue communiste révolutionnaire (trotskiste).

En 1995, après plusieurs postes à responsabilité, il avait pris la tête de la rédaction du Monde. Il y avait suscité des sentiments mitigés, ses détracteurs dénonçant sa "paranoïa" lorsque d'autres soulignaient sa force de travail et de création. Il avait quitté Le Monde en 2004.

Dans les années 1980, plusieurs affaires impliquant la présidence française et sur lesquelles il enquêtait, dont l'attentat des services secrets français sur le Rainbow Warrior, navire de Greenpeace qui faisait campagne contre les essais nucléaires français en Polynésie, avait suscité l'ire du président François Mitterrand.

Par Anne Pascale REBOUL / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/