À Aix-Marseille, The Camp, la villa Médicis de la tech

Olivier Mathiot, président de The Camp et co-fondateur de PriceMinister, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 11 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

The camp est un campus de nouvelle génération imaginé pour construire un futur plus humain. AFP

Le président de The Camp et co-fondateur de PriceMinister présente les coulisses de ce campus dédié à l'innovation.

 

Créer les emplois du futur

C‘est quoi la French Tech à Aix-Marseille ? "C’est un label inventé tous ensemble dans les années 2012-2013, décrypte Olivier Mathiot, président de The Camp. Cette marque appartient à l’État, c’est un label consistant à rasssembler des start-ups un peu partout. Des capitales ont été labellisées French tech, avec des hubs, des carrefours dans plein de grandes métropoles, dans le monde et en France pour rassembler start-ups, entrepreneurs, collectivités locales, pour faire le lien avec les grands groupes, les universités, comme dans la Silicon Valley".

À quoi sert ce campus dédié à l'innovation ? "The camp a été imaginé pour construire un futur plus humain, plus désirable, ensemble, explique le co-fondateur de PriceMinister. Tout le sujet, c’est la transformation. Nous sommes dans des transformations brutales, notamment climatiques. On veut mettre la technologie au service d’un monde qui crée de nouveaux jobs. Dans 10, 20, 30 ans, il y aura des nouveaux métiers. Il faut imaginer le futur avec l’intelligence collective, en se mettant tous ensemble. Avec l’interdisciplinarité, on trouve des idées que l’on n’aurait pas trouvé seul dans son coin".

400 candidats, vingt retenus

Comment fonctionne le campus ? "The camp accueille des personnes en séjour court, détaille son président. Nous avons dix hectares dans une pinède, c’est un endroit inspirant, immersif, avec une architecture futuriste. Nous pouvons accueillir à peu près 200 personnes qui peuvent loger sur place, et un millier pour des événements".

Existe-t-il déjà des pépites ? "Nous hébergeons des Start-ups, des jeunes en résidence pendant six mois, un peu comme à la villa Médicis à Rome. Ils peaufinent leur projet, et en échange donnent un peu de temps pour travailler sur les projets de nos clients. Puis ces "digital nomads" créent leur start-up, ou vont aussi promener leur baluchon de région en région. Nous avons 14 nationalités différentes. Architecte, sound designer, graphiste… Nous recevons 400 dossiers tous les six mois et n’en gardons que vingt".

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !