13-Novembre: la parole aux "oubliés" du Stade de France

"On se sent vraiment les oubliés": au procès des attentats du 13-Novembre, des victimes du Stade de France ont témoigné mardi de leur traumatisme persistant depuis l'explosion des "kamikazes" jihadistes et de leur sentiment d'avoir été "abandonnés".

Alain JOCARD - AFP/Archives

"On se sent vraiment les oubliés": au procès des attentats du 13-Novembre, des victimes du Stade de France ont témoigné mardi de leur traumatisme persistant depuis l'explosion des "kamikazes" jihadistes et de leur sentiment d'avoir été "abandonnés".

Droite à la barre, Sophie Dias, 39 ans, lit très émue les feuillets posés sur le pupitre: elle est "la fille de Manuel Dias, la seule victime décédée au Stade de France" le 13 novembre 2015, tué "par la ceinture explosive d'un kamikaze".

Chauffeur d'autocar portugais de 63 ans, Manuel Dias venait de déposer au stade des supporteurs venus de Reims pour assister au match France-Allemagne. Tué sur le coup par la déflagration, son décès ne sera confirmé à ses proches que le lendemain "vers midi".

Face à la cour d'assises spéciale de Paris, elle rend hommage à ce "papa poule comme il en existe peu". Et évoque longuement son "parcours du combattant" pour faire reconnaître sa perte, sa "solitude" face au "manque d'empathie constant" des institutions.

"On a besoin de se justifier de notre statut de victimes malgré nous, continuellement", déplore la trentenaire, cheveux longs sur une veste noire. En témoignant, elle dit vouloir "œuvrer pour qu'on n'oublie pas le Stade de France".

Le soir du 13-Novembre, le commando jihadiste piloté par le groupe Etat islamique (EI) a tué un total de 130 personnes: 1 devant le stade, 39 sur les terrasses parisiennes et 90 au Bataclan.

- "Peur de tout" -

"On est les grands oubliés des attentats. +Ah bon il y a eu quelque chose là-bas ?+ Les gens ne savent pas et ils s'en fichent", abonde à sa suite Marylin, qui ne souhaite pas donner son patronyme.

Ce vendredi soir-là, elle était à une vingtaine de mètres du premier "kamikaze" qui s'est fait exploser autour du Stade de France. Elle est brûlée au "2e et 3e degré sur les jambes".

"Blessée léger" des attentats, elle a gardé l'écrou qui lui a été retiré de la joue droite - elle l'a apporté à l'audience - et une "peur de tout", raconte-t-elle d'une voix douce, les yeux baissés sur ses mains enlacées, s'excusant d'avoir dit "tout dans le désordre".

Mohamed, qui travaillait comme agent de sécurité à l'entrée du stade, a lui été touché par la deuxième explosion. "Tout mon flanc gauche a été détruit", commence-t-il à raconter au micro.

Quelques minutes après, il s'en éloigne, submergé par l'émotion. Il quitte la salle d'audience d'un pas rapide, suivi par son avocate.

"Désolé", lance-t-il au président Jean-Louis Périès quand il revient à la barre un peu plus tard, reprenant le fil de son récit d'un débit rapide, souriant quand le magistrat le prie de ralentir.

Il y a six ans, Walid était passé en courant derrière le deuxième kamikaze "pour arriver à l'heure" au match. Il est venu témoigner d'Egypte pour raconter ses "huit jours dans le coma", les multiples opérations subies - "j'ai perdu le compte" -.

- "Une honte" -

Son passeport avait été retrouvé à côté du corps d'un des jihadistes. "Les autorités ont eu un doute sur le fait que je sois une victime." Des accusés dans le box auxquels il ne jette pas un regard, il n'a que "la langue arabe en commun", lâche-t-il, "ils sont une honte".

En début d'après-midi, la cour a ouvert cinq semaines d'audition de quelque 350 parties civiles avec celles de six gendarmes de la Garde républicaine, chargés d'assurer, à cheval, la sécurité autour du stade.

"Aguerris aux situations de troubles", ils ont tour à tour confié le "choc" d'avoir vu des kamikazes se faire exploser - les premiers attentats-suicides jamais perpétrés en France - et évoqué leurs difficultés à faire eux aussi reconnaître leur statut de victime.

"Il faut que les victimes indirectes soient prises en compte", implore Pierre, retraité de la gendarmerie, qui demande comme ses ex-collègues que son nom ne soit pas divulgué. Toujours "traumatisé", il "garde en (lui) l'explosion, le bruit, et l'odeur".

"Il y a un avant le 13, et un après le 13", insiste-t-il.

Quelque 2.200 personnes se sont constituées parties civiles à ce procès, qui juge, depuis le 8 septembre et pour environ neuf mois, vingt accusés, dont le seul membre encore en vie des commandos Salah Abdeslam.

L'audience reprend mercredi.

Par Marie DHUMIERES et Anne-Sophie LASSERRE / Paris (AFP) / © 2021 AFP