Si j'étais président

Pascale, enseignante en région parisienne

Christiane Taubira à la Maison De La Mutualité
Christiane Taubira à la Maison De La Mutualité

Aujourd'hui, la parole est à Pascale. Elle est enseignante en région parisienne et comme le reste de la France, elle suit épisode après épisode, le feuilleton de cette affaire Fillon. L'impression qu'elle en retire est que les politiques ont un rapport souple avec la morale, l'emploi de son épouse n'est pas illégal, mais moralement douteux, puisque c'était de l'argent public qui rémunérait Pénélope Fillon. Moraliser la vie politique, la rendre plus transparente, voilà par quoi commencerait Pascale, si elle était élue président.

Si j'étais président, la première des choses que je ferais sont des lois très strictes pour lutter contre la corruption des élus. Qu'aucun élu ayant connu une peine de prison ou une mise en examen ne puisse représenter pour un mandat. Pour tout ce qui est des attachés parlementaires, il faudrait un droit de regard pour qu'il ne puisse plus y avoir ce népotisme permettant de caser les gens de sa famille avec des emplois fictifs. Si j'étais présidente, il y aurait un contrôle très strict des finances publiques. Les démocraties du nord y arrivent, donc je pense que l'on est capable de le faire en France.

Les rubriques Sudradio