Si j'étais président

Lise, employée dans une agence de voyages

Un avion © X17 / KCS PRESSE

Aujourd'hui, on inverse les rôles. Si j'étais président devient Si j'étais candidat. D'après la dernière édition du Monde, ce serait les jeunes qui se démobilisent le plus, puisque le journal colporte l'information que seulement 57 % des 18 à 25 ans veulent voter. Les candidats Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen  obtiennent leurs faveurs. Lise à 24 ans, elle a obtenu après beaucoup d'effort un CDI dans une agence de voyages en ligne, que ferait-elle si elle était candidate ?

Si j'étais candidate, je mettrais l'accent sur les formations. Moi, je n'ai pas eu la chance de faire de l'alternance par exemple. Que cela soit mis plus en avant pour les premiers emplois, cela m'aurait beaucoup aidé afin de mêler ma formation scolaire avec ma formation professionnelle. Pour ma part, j'ai cherché pendant cinq mois, donc j'ai été au chômage pendant cinq mois, heureusement que j'étais chez mes parents, parce que je n'aurais pas pu subvenir à mes besoins si j'avais été toute seule en ville. Je pense que l'alternance aurait été un plus dans mon CV et ma recherche d'emploi. Si j'étais candidate à la présidentielle, je proposerais aux jeunes une pré-retraite, qui leur permettrait de voyager ou de participer à des associations, parce qu'on n'a pas vraiment le temps. Alors que lorsqu'on est plus âgé, on a plus de temps, on a plus de moyens, mais on n'a pas forcément la pêche. Je proposerais plus de possibilités de voyager pour les jeunes, comme un Erasmus, mais avec plus de moyens et de temps. Que cela soit plus ancré dans notre éducation. En apprenant, par exemple, une langue d'une autre manière. Les Français sont un peu réputés pour ne pas très bien parler Anglais. Il faut que l'on se donne plus de moyens pour s'ouvrir au monde. Je mettrais aussi l'accent sur la procuration. Étant jeune travailleuse et n'ayant pas la possibilité de voter où je vis actuellement, j'aurais aimé que cela soit beaucoup plus simple et rapide. Ils étaient pressés de fermer  le commissariat et je trouvais cela dommage puisque beaucoup de personnes souhaitaient une procuration. Et malheureusement, il ne pouvait pas en avoir à cause des horaires qui n'étaient pas vraiment adaptés aux personnes qui travaillent.

Les rubriques Sudradio