Rugby - Pro D2 : Bayonne in extremis, Nevers dompte Narbonne, Béziers et Carcassonne s'enfoncent

Malgré une longue panne de courant, l'USON a réussi à se défaire du piège audois (Crédit : USON).
Malgré une longue panne de courant, l'USON a réussi à se défaire du piège audois (Crédit : USON).

Plusieurs surprises ce vendredi soir lors du Multiplex de la 12ème journée de Pro D2 avec notamment l'Aviron Bayonnais qui est difficilement venu à bout du promu massicois alors que Soyaux-Angoulême, Vannes et Montauban sont allés gagner à l'extérieur.

Quand on vous dit que le Pro D2 est le meilleur championnat du monde, on ne vous ment pas ! Qu'elle soirée de rugby encore sur Sud Radio pour clôturer ce deuxième bloc de la saison. Match phare et historique de la soirée, Bayonne et Massy, pour leur premier affrontement, ont délivré une orgie de jeu avec cinq essais de part et d'autre. Au final, les basques confirment leur retour en grâce avec une victoire 44 à 36. Les Massicois manquent l'ultime pénalité sur la sirène qui leur aurait permis de grappiller un point de bonus défensif bien mérité. 

Du côté du Pré-Fleuri, le jeu était beaucoup moins au rendez-vous mais les rebondissements bien présents avec notamment une panne de courant de 23 minutes... Finalement, l'USON a dompté Narbonne (16-6) au terme d'un duel de buteurs et grâce à un seul essai de Raisuqe. Le RCNM reste premier relégable et a encore été cruellement indiscipliné (quatre cartons jaunes).

Trois victoires à l'extérieur ce vendredi soir, d'abord celle de Soyaux-Angoulême à Béziers (24-34). Les Biterrois sont vraiment dans le dur avec cette troisième défaite consécutive, la deuxième à domicile. Montauban est aussi allé battre Dax sur la pelouse de Maurice-Boyau (16-20) grâce à deux essais d'Engelbrecht et Sukanaveita. Enfin, les Bretons de Vannes ont réalisé un gros coup en vu du maintien en enfonçant un peu plus Carcassonne à la dernière place (27-30) avec trois essais de Mourot, Duplenne et Lutumailagi.

Enfin, ultime choc de cette soirée Pro D2, Aurillac recevait Biarritz à Jean-Alric et peut remercier son jeune buteur, Joris Segonds, qui a planté la pénalité de la gagne à la dernière minute alors que le BO avait mené tout le match (25-23).

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio