Rugby - France : Novès "n'arrive toujours pas à comprendre"

Guy Novès sort de son silence (Photo archives AFP. G. Guercia)

Pour la première fois depuis son éviction, Guy Novès s'est livré dans les colonnes du JDD. L'ancien sélectionneur du XV de France partage son incompréhension.  

Guy Novès sort du silence. Muet depuis qu'il a appris qu'il n'était plus sélectionneur du XV de France, l'ancien manager du Stade Stade Toulousain s'est exprimé dans le JDD du jour. 

Il explique qu'il ne "s'attendai(t) pas à pas" à cette eviction. Expliquant avoir appris "par la presse" cette décision. Il poursuit "Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi je ne pourrai jamais réaliser l'objectif que nous nous étions fixé en 2016 : celui de construire un projet de jeu et un groupe de joueurs (...) en vue de la Coupe du Monde 2019". 

Novès se défend également face aux accusations à son encontre notamment sur sa relation avec les joueurs. "J'avais une relation d'honnêteté et de respect. Je pense être fédérateur et profondément humain". 

Si Laporte lui reproche sa distance et son manque de communication avec les clubs du Top 14. Novès rétorque. "C'est mon mode de management !" Et de poursuivre : "Quand Bernard Laporte était sélectionneur, je ne l'ai pas vu au Stade Toulousain". 

L'intégralité de l'entretien est à retrouver dans le JDD du jour.  

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

CUISTOT31
- Dimanche 7 janvier 2018 à 14:58
Guy Novès a raison : Avec les voyous et les cons même pas la peine de discuter j'ai vécu la même chose dans mon boulot , aujourdhui en retraite depuis 1 an suite à 2 ans de chômage mon ex employeur me rappelle à la rescousse m
CUISTOT31
- Dimanche 7 janvier 2018 à 15:00
mais j'ai été plus saignant j'ai demandé à mes clients de fermer leur compte et aujourd'hui l'entreprise ne vend plus de ses produits dans notre région.
CUISTOT31
- Dimanche 7 janvier 2018 à 15:02
je conseille à Guy Novès de cracher sur Laporte pendant 12 mois afin que celui ci lâche prise et quitte la FFR pour aller ensuite au tribunal pour fautes professionnelles et détournement d'argent public

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio