Le cri d'alarme du kiné de l'association du Stade Français

 Jean-Christophe Berlin, kinésithérapeute, dénonce l'absence d'antenne de secours lors du décès de Nicolas Chauvin.
Jean-Christophe Berlin, kinésithérapeute, responsable du pôle médical de l’association du Stade Français, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. AFP

Jean-Christophe Berlin, kinésithérapeute, responsable du pôle médical de l’association du Stade Français (qui concerne les jeunes joueurs de 8 à 22 ans amateurs), était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 20 décembre animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Quelques jours après le décès de Nicolas Chauvin, il lance un cri d’alarme pour constituer des antennes de secours lors de matchs amateurs.

Le kiné du Stade français lance un cri d'alarme

Jean-Christophe Berlin, kinésithérapeute, responsable du pôle médical de l’association du Stade Français (qui concerne les jeunes joueurs de 8 à 22 ans amateurs), a adressé le 19 décembre une lettre à la ministre des Sports après la mort d'un rugbyman de 18 ans, Nicolas Chauvin. Ce troisième ligne, espoir du Stade français, est décédé il y a quelques jours après avoir subi une fracture d'une cervicale en plein match. "Pour les 300.000 joueurs amateurs qui jouent le dimanche, il n'y a pas d'antenne de secours sur le nord des terrains pour les soigner en cas de besoin." s'indigne Jean-Christophe Berlin. 

"C'est ce qui s'est passé la semaine dernière. Il y avait simplement un kiné sur le bord du terrain pour Nicolas Chauvin, alors qu'il était en détresse absolue. Il aurait fallu au moins trois personnes pour le masser, utiliser le défibrillateur, le ventiler, etc. De manière générale il n'y a jamais assez de secours pour les amateurs." Une catégorie qui concerne tous les joueurs dès 8 ans.

La composition de l'antenne de secours en question

Comment composer une telle équipe de secours ? "Il suffirait d'une équipe de trois personnes constituée de  pompiers, de membres de la Croix rouge, de secouristes formés aux gestes d'urgences." Cette solution est-elle vraiment envisageable pour tous les stades et à chaque match de rugby ? Quoiqu'il en soit il n'est pas acceptable de voir de tels accidents. La solution pourrait également se trouver parmi les clubs eux-mêmes : "C'est effectivement ce qui se passe au sein du Stade français et dans beaucoup de clubs. Certains entraîneurs se forment aux gestes qui sauvent."

"On ne peut pas dire si Nicolas Chauvin aurait survécu avec trois personnes formées à ses côtés, car il était en arrêt cardiaque et arrêt respiratoire immédiatement après la fracture." Qu'en est-il des règles du rugby en tant que telles ? Le plaquage à deux subi par Nicolas lui a été fatal. Le rubgy est plus violent, les collisions plus fréquentes et les joueurs plus massifs qu'il y a quelques années. "Effectivement certaines règles doivent changer immédiatement. Dès dimanche prochain il faut une antenne de secours auprès de tous les terrains. Voilà ce que je réclame."

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio