Jules Plisson (Stade Français) : "La saison va être dure, on fait avec ce qu’on a"

Jules Plisson -©FRANCK FIFE - AFP)
Jules Plisson (©FRANCK FIFE - AFP)

Alors que le Stade Français reçoit le Stade Toulousain ce samedi (14h45) en ouverture de la 4ème journée de Top 14, l’ouvreur parisien Jules Plisson a fait part de ses sensations vis-à-vis de la saison à venir.

Autrefois grande affiche du Top 14, le choc entre le Stade Français et le Stade Toulousain a quelque peu perdu de sa saveur ces derniers temps, la faute notamment à la montée en puissance d’autres clubs en France (Toulon, Clermont, Racing-Métro, Montpellier…). Il n’empêche que le déplacement des Parisiens en terre toulousaine ce samedi (14h45) sera scruté par les observateurs du monde de l’ovalie. Mais pour Jules Plisson, demi-d’ouverture du Stade Français, plus question de parler de "Clasico" pour ce match.

"Des belles paroles pour écrire dans les journaux"

"C’est un match comme un autre, aujourd’hui il n’y a plus de petites équipes dans ce championnat. Avant, on parlait de Clasico parce qu’il y avait 4 ou 5 grosses équipes en Top 14. Il n’y a donc plus vraiment de Clasico, même si on dit parfois que c’est devenu le match Stade Français - Racing. Ce sont plus des belles paroles pour écrire dans les journaux que quelque chose qui nous transcende sur le terrain", assure-t-il.

"Ce sera une saison de transition, une saison compliquée"

Champion de France en 2015, le Stade Français reste depuis sur deux exercices décevants, achevés à la 12ème puis la 7ème place. Or, cette saison ne s’annonce pas forcément plus réjouissante pour les Parisiens, qui paraissent aujourd’hui en rodage. "En rodage peut-être, mais on a aussi beaucoup de blessés. Notre effectif n’est pas très fourni, on fait avec. On sait que ce sera une saison de transition, compliquée. On en est tous conscients, donc on va arrêter de se dire qu’on veut gagner tous les matches. Bien sûr qu’on veut gagner tous les matches, mais la saison va être dure. Certains joueurs arrivés vont nous faire du bien, mais aujourd’hui on fait avec ce qu’on a, et si on prend tous le même chemin, on pourra faire quelque chose", déclare-t-il.

Propos recueillis par Alexandre Priam

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio