Ibanez : "Remplacer Saint-André n'est pas à l'ordre du jour"

Raphaël Ibanez
©DR
Le manager de l'UBB n'a pas caché son intérêt pour le poste de sélectionneur mais préfère se concentrer sur les prochaines échéances de son club tant que des contacts ne sont pas établis.
Les rumeurs vont bon train quant à la succession de Philippe Saint-André au poste de sélectionneur du XV de France après la Coupe du monde. L'une des plus persistantes fait de Raphaël Ibanez, l'actuel manager de l'UBB et ancien capitaine des Bleus, l'un des favoris pour le poste."Je pense que tous les managers de Top 14 espèrent un jour entraîner l'équipe de France, a admis Raphaël Ibanez, invité de l'émission spéciale de Rugby & Cie en direct de la brasserie "Chez Pompon", en plein centre-ville de Bordeaux. Par la force des choses, j’en fais partie. Ça ne me laisse pas indifférent parce que j’ai un lien affectif fort avec la sélection mais ce n’est pas à l’ordre du jour. Je pense qu’on ne force pas le destin en distillant des petites phrases ou en offrant une candidature spontanée. Je reste concentré sur l’immédiat et sur ce que je peux contrôler, à savoir gagner le prochain match, samedi."Son président, Laurent Marti, commence lui à s'agacer de ces rumeurs persistantes et demande notamment à la Fédération de ne pas attendre la Coupe du monde pour annoncer sa décision : "Quand le nom de Raphaël a commencé à sortir, on nous a posé des questions et on a répondu. Résultat, le buzz est en train de grossir pour atteindre un stade qui est complètement schizophrène. On va arrêter d’en parler parce qu’à ce jour, Raphaël n’a pas de contact et je n’ai pas de contact. La seule chose que j’ai à ajouter, c’est que tous les présidents de clubs qui ont des managers susceptibles de rejoindre le XV de France, souhaitent être prévenu le plus tôt possible pour qu’on puisse se retourner. C’est une question de bon sens. Il y a du temps de prendre une décision. Sinon c’est cracher sur les clubs professionnels et ça je ne peux pas l’admettre."Pour Arnaud David, journaliste rugby pour le quotidien Sud Ouest, une telle annonce en amont ne semble pas dans les tuyaux à l'heure actuelle, mais cela pourrait évoluer en fonction des circonstances : "Le président de la FFR est extrêmement réticent à aborder le sujet. Il avait été, la fois précédente, un peu embarrassé quand on avait appris que Saint-André prendrait la succession de Lièvremont 2 mois avant la Coupe du monde. Il ne voulait pas que ça se reproduise. Ce qui peut faire évoluer sa position, c’est qu’on en sache plus sur l’avenir de Saint-André. Il semblerait qu'il soit déjà en train de travailler sur l’après équipe de France. Si les contacts avec Lyon sont avérés, je ne vois pas pourquoi la FFR aurait de la pudeur à ce sujet et il serait préférable d’annoncer les candidats présents sur la short-list."
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio