Guy Novès viré ? "Le milieu du rugby se doutait que Laporte allait faire quelque chose"

Guy Novès, sélectionneur du XV de France, entouré de ses joueurs (Christophe Simon - AFP)

Alors que Guy Novès pourrait bientôt être débarqué de son poste de sélectionneur du XV de France, notre consultant rugby Aubin Hueber revient pour Sud Radio sur cette décision qui, si elle était confirmée, serait lourde de sens.

Guy Novès est-il en train de vivre ses dernières heures en tant que sélectionneur du XV de France ? C’est bien possible, à en croire certaines informations de presse insistantes qui font état depuis hier soir de la mise à l’écart très prochaine du Toulousain. Alors que le président de la Fédération, Bernard Laporte, devrait s’exprimer officiellement mercredi prochain, notre consultant rugby Aubin Hueber, ancien entraîneur de Toulon notamment, n’est pas vraiment surpris par cette nouvelle.

"Le milieu du rugby se doutait un peu que Bernard Laporte n’allait pas laisser les choses comme cela. On ne savait pas trop s’il allait mettre quelqu’un au-dessus de lui. Connaissant Guy Novès, certainement qu’il n’a pas accepté cette solution. Bernard Laporte a donc pris cette décision d’évincer Guy Novès. Est-ce que ses adjoints Yannick Bru et Jeff Dubois suivront également ? On ne sait pas, on va attendre un petit peu...", déclare-t-il sur Sud Radio ce vendredi.

"On va se poser la question du Top 14"

Mais même en cas de changement de staff à la tête du XV de France, le rugby français devra continuer à travailler sur les raisons de ses échecs récurrents ces dernières années, selon Aubin Hueber. "Depuis l’ère Philippe Saint-André, le XV de France est en souffrance. On se rappelle de ce fameux quart de finale de la Coupe du monde 2015 où on avait pris 60 points contre les All Blacks. Après ça, Guy Novès avait été mis en place, avec beaucoup d’espoir. À la sortie, on se pose les vraies questions. Sont-ce les sélectionneurs qui sont en manque d’initiatives ou d’idées pour notre jeu, ou sont-ce nos joueurs qui n’ont peut-être pas le niveau international ? On va aussi se poser la question du Top 14, où nos jeunes joueurs n’arrivent pas à évoluer au très haut niveau", assure-t-il.

"J’ai la chance de m’occuper de l’équipe de France des moins de 20 ans en développement. Jalibert, N’Tamack, le petit Dupont, le petit Belleau, qu’on a vu passer en sélection, ont mis du temps à jouer, et les entraîneurs ont mis du temps à les mettre dans les équipes en temps que titulaire. Il est clair que les étrangers prenaient beaucoup de place, et on a besoin de voir nos jeunes joueurs évoluer au très haut niveau pour pouvoir progresser. (…) Il faut s’appliquer sur la formation. Nous étions en séminaire la semaine dernière avec les staffs de toutes les sélections de jeunes. Bernard Laporte est venu nous parler en nous demander de préparer les jeunes pour la Coupe du Monde 2023. Pour l’édition 2019 au Japon, on fera avec les joueurs actuels plus des jeunes, mais l’objectif est bien 2023", ajoute-t-il.

Pour remplacer l’ancien entraîneur emblématique du Stade Toulousain, le nom de Jacques Brunel revient avec insistance. L’actuel entraîneur de Bordeaux n’est pas un inconnu, loin de là. "On parle d’un ticket avec Fabien Galthié, les deux hommes se connaissent très bien depuis que Jacques Brunel a entraîné Galthié à Colomiers. Il a ensuite été l’adjoint de Bernard Laporte lors de ses deux mandats, de 2000 à 2007, avant d’entraîner Perpignan, d’être sélectionneur de l’Italie puis d’aller à Bordeaux", précise Aubin Hueber.

Réécoutez en podcast toute l’interview d’Aubin Hueber dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Jean Michel
- Samedi 23 décembre 2017 à 07:07
Mauvaise décision de laporte

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio