Daniel Herrero : "Le All Black met le feu dans ton poumon et dans ta guibole !"

Daniel Herrero, consultant rugby pour Sud Radio
Daniel Herrero, consultant rugby pour Sud Radio

À la veille du choc entre la France et la Nouvelle-Zélande au Stade de France, Daniel Herrero, consultant rugby pour Sud Radio, était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce vendredi.

J-1 pour le choc tant attendu par toute la France du rugby. Ce samedi, le XV de France défiera les All Blakcs néo-zélandais au Stade de France, deux équipes affichant depuis des mois des trajectoires totalement opposées. En pleine confiance, les hommes de Steve Hansen affronteront ainsi une équipe de France en plein doute et qui alignera des joueurs particulièrement jeunes. Consultant rugby pour Sud Radio, Daniel Herrero souligne tout particulièrement l’inexpérience de la charnière française, qui sera scrutée de près.

"Les All Blacks sont les meilleurs du monde, et demain le XV de France sera dans un schéma un peu étrange. Pour la première fois depuis très longtemps, on aura une équipe extrêmement jeune, notamment dans les postes clés. En rugby, la charnière est l’espace de lecture, de décision, de stratégie, d’intelligence, de prise d’initiatives, etc. Et nous aurons là deux très jeunes joueurs qui débutent : le Toulousain Antoine Dupont (20 ans) et le Toulonnais Anthony Belleau (21 ans). Ce sont deux jeunes joueurs très talentueux qui ne sont pas là par hasard. Ils ont des qualités très originales. Antoine Dupont est extrêmement pétillant et tonique, très généreux à la course et à l’impact physique. Anthony Belleau est déjà plus gestionnaire. Effectivement, ils n’ont pas un très grand vécu au très haut niveau. Avec leur titularisation, il y a fatalement l’idée qu’on va aller vers la prise d’initiative, le culot, la fraîcheur, peut-être même le panache. Mais nous sommes contre les All Blacks, et la volonté de faire du jeu sera sans doute un peu tempérée par l’idée qu’il faudra être vigilants et précautionneux", assure-t-il.

"Le All Black, quand il met la main sur le ballon, bonsoir !"

Pour l’emblématique figure du rugby français, un gros combat physique sera indispensable pour espérer réaliser l’exploit. "L’histoire a montré que chaque fois que nous les avons battu, c’était dans un très grand combat physique, en les asphyxiant. Mais sur cet aspect, les All Blacks ont eux-mêmes de grands attributs. Le All Black n’est pas costaud outre-mesure, il n’a pas cette réputation-là, mais il met le feu dans ton poumon et dans ta guibole ! Par nature, il fait beaucoup de choses, il impulse le tempo avec un niveau de construction qu’il va mener jusqu’au bout. Il est dans tous les secteurs du jeu : le contre, la relance, la première main, l’attaque classique, etc. Quand il met la main sur le ballon, bonsoir !", s’exclame-t-il.

Dans ces conditions, le XV de France devra au moins s’attacher à construire pour l’avenir. "Qu’est-ce qu’on veut ? Est-ce qu’on veut battre les All Blacks ? Hypothèse très très basse, potentialité faible. Est-ce qu’on veut montrer qu’on a un niveau de jeu concurrentiel, en progression ? Cette équipe de France sort d’une période de doute, elle s’est fait tabasser au printemps et à l’hiver dernier, elle n’est pas moralement resplendissante. On aimerait donc bien voir du volume, du panache, de la générosité… Pour ça, il faut envoyer du jeu. Mais envoyer du jeu contre ce genre de Galabru, c’est problématique !", conclut Daniel Herrero.

Retrouvez en podcast l’intégralité de l’interview de Daniel Herrero dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio