Politique


Le sénateur Les Républicains de Vendée regrette "l'obsession anti-Bachar" de l'exécutif, ajoutant que ce n'est pas le président syrien "qui nous envoie des bombes ou des tueurs, c'est Daesh".

Le député Les Républicains de Vendée estime qu'il faut "refonder" les principes des accords de Schengen, estimant que c'est une "belle idée" mais qu'il faut que "les frontières soient gardées".

Le président du groupe Les Républicains au Sénat regrette que l'exécutif ait attendu un nouvel attentat à Paris pour prendre en compte les propositions formulées par l'opposition.

Le Front national serait en passe de l'emporter en région PACA lors du scrutin des 6 et 13 décembre prochain. La liste menée par Marion Maréchal-Le Pen arriverait en tête au premier comme au second [...]

Le député Les Républicains Xavier Bertrand, tête de liste aux régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a expliqué qu'il voterait "sans hésitation ni état d'âme", les mesures qui "permettront de protéger les Français".

Le président de Debout la France estime que le débat à l'Assemblée nationale sur les mesures en lien avec l'état d'urgence était "surréaliste", ajoutant que "la majorité a refusé des avancées fondamentales".

Alors que le président de la République a annoncé la création de 8500 postes dans la sécurité, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale assure que cette dépense ne sera pas compensée par une [...]

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a contredit ceux qui préconisent un repli sur soi après les attentats de la semaine dernière à Paris.

3 députés socialistes et 3 députés écologistes ont voté contre la prolongation à 3 mois de l'état d'urgence. Bruno Le Roux a dit regretter "ce comportement qui vise à toujours se distinguer".

L'ancien Premier ministre estime que le président de la République doit "veiller à ce que tous les membres de votre Gouvernement jouent le jeu" des mesures sécuritaires annoncées lundi.

L'ancien Premier ministre François Fillon estime que Laurent Fabius, en annonçant que la Russie est en train de changer de position en Syrie, "essaye d'expliquer qu'il avait raison quand il se trompait".

La liste PS-PRG menée par Carole Delga arrive en tête des intentions de vote en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées au second tour des régionales, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio, I-Télé et Paris Match.

L'ancien ministre de la Défense estime que les possibilités d'action de l'Etat en matière de sécurité ont reculé depuis 40 ans.

Le député PS des Yvelines, Benoît Hamon, s'est dit totalement en accord avec le discours du président de la République lundi selon lequel "le pacte de sécurité doit l'emporter sur le pacte de stabilité".

L'ancien ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon, a évoqué le "rôle central" de l'école pour "prévenir la radicalisation" chez les jeunes.

S'il indique "garder ses convictions sur le fond", le député PS des Yvelines a prôné l'unité de la classe politique dans cette situation "de guerre".

Modification de la Constitution, augmentation des effectifs de l'armée, de la justice et de la police et gendarmerie, surveillance des personnes fichées S... Voici les principales annonces de François Hollande devant le Parlement réuni en [...]

L'ancien ministre de la Défense, Hervé Morin, sera solidaire du Gouvernement, "si les mesures sont à la hauteur".

L'ancien ministre de la Défense a indiqué que les forces militaires "doivent être présentes sur le territoire", mais que la sécurité intérieure doivent être assurées par des forces "qui sont entraînées et préparées sur cela".

Pour l'ancien ministre de la Défense, il faut une "coalition internationale extrêmement large", qui envisage une intervention au sol, afin de venir à bout de l'Etat Islamique.

Le président du conseil régional d'Ile-de-France estime que le déploiement des forces de l'ordre, déjà très sollicitées depuis un an, doit être encore plus important et souhaite le soutien de l'armée.

Le député Les Républicains de la Drôme a appelé à l'unité au sein de la classe politique.

Le secrétaire national du Parti de gauche a appelé à ne pas céder à la peur.

Pour le député PS de Seine-et-Marne Eduardo Rihan-Cypel, "François Hollande a décidé l'essentiel, à savoir l'état d'urgence et le rétablissement des contrôles aux frontières".

Pour le député RBM Gilbert Collard, "l'armée doit entrer sur le territoire et doit pouvoir ouvrir le feu".

Le député de Paris a estimé que l'instauration de l'état d'urgence, annoncée par François Hollande, était "évidente" après les attaques qui ont fait 120 morts à Paris vendredi soir, d'après un bilan encore provisoire.

Le député Les Républicains des Hauts-de-Seine Thierry Solère a voté contre l'amendement Ayrault de réforme de la CSG, estimant que c'est la classe moyenne qui en subira les conséquences.

Pour le député Les Républicains des Hauts-de-Seine, le retour de l'ancien président de la République a permis de rassembler les membres du parti après "avoir donné un visage qui n'était pas à la hauteur".