• Grand Débat : êtes-vous satisfaits des mesures révélées ?

    Soumis par MargauxS le Mercredi 17 avril 2019 à 16:01
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Politique

    On connait le contenu de l’intervention télévisée qu’Emmanuel Macron aurait dû tenir lundi soir. Tout a fuité dans la presse…C’est peut être voulu ! Les grandes lignes avec Véronique Jacquier…Est-ce qu’il y a de quoi être satisfait …

    Il y a trois mesures en trompe l’œil ! La ré-indexation des retraites de moins de 2 000 euros sur l’inflation. Le gouvernement est obligé de faire cette ré-indexation en 2020. Le conseil constitutionnel a dit : ce n’est pas possible de geler les pensions arbitrairement sur la durée : en 2018, 2019 et 2020. Censure de la mesure pour 2020. Le gouvernement prend donc une mesure qu’il est obligé de prendre. Sur les aspirations à plus de démocratie directe, Emmanuel Macron propose le RIC le referendum d’initiative citoyenne au niveau local. Ca existe déjà. Un maire peut tout à fait proposer un referendum à ses administrés sur l’implantation d’une éolienne. En soi c’est une mesure gadget car pour qu’un referendum local ou un RIC soit valable il faut une participation significative : autour de 60%. C’est rarement le cas. Enfin le président propose de supprimer l’ENA et l’école nationale de la magistrature pour avoir une élite avec des enfants d’ouvriers ou d’agriculteurs. Je ne vois pas en quoi supprimer l’ENA va modifier les inégalités scolaires. Il faudrait vraiment s’attaquer au niveau et à la qualité de l’enseignement dans toutes les écoles de France.

    Le président ne répond pas du tout à la colère exprimée par les gilets jaunes alors ?

    Si quand même ! Introduction d’une dose de proportionnelle, baisse du nombre de parlementaire…Aucune fermeture d’école et d’hôpitaux d’ici la fin du quinquennat. Et création d’une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu pour qu’une partie de la classe moyenne ne soit plus assujettie à un taux de 14% mais à 5 ou 10%. Donc baisse de l’impôt. Où le président va-t-il chercher l’argent ? Dans les niches fiscales pour les plus riches. Et le pouvoir d’achat dans tout ça ? Le président veut poursuivre le grand débat sous la forme d’une concertation sur le reste à vivre avec les partenaires sociaux et des citoyens tirés au sort. Ca lui permettrait d’enjamber les européennes. Ces mesures donnent un sentiment de grand renoncement. Aucune mesure pour baisser la dépense publique. Rien pour lutter contre le chômage de masse qui est le fléau de notre pays même si les gilets jaunes et les cahiers de doléance n’en parlent pas. Au moment où nous sommes tous encore au chevet de Notre Dame de Paris, sans doute faut-il un bâtisseur de cathédrale pour s’attaquer à ces chantiers. Emmanuel Macron n’est pas ce maitre d’œuvre là…

    FacebookTwitter
  • Fuite des mesures sur le pouvoir d'achat

    Soumis par Lorraine Rdd le Mercredi 17 avril 2019 à 12:33
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Politique

    À défaut d’une déclaration officielle d’Emmanuel Macron, certaines des mesures qu’il devait annoncer ont fuité hier, notamment sur le pouvoir d’achat…

    Oui, il semble que l’AFP a eu accès au discours d’Emmanuel Macron et on a donc connaissance de certaines mesures. Il se trouve que cela rejoint peu ou prou ce que je vous disais lundi matin avec comme point d’orgue la ré-indexation des pensions sur l’inflation.

    Vous vous souvenez qu’à l’été dernier, afin d’économiser 3 milliards, le gouvernement avait brutalement fixé à 0,3 % la hausse des retraites, alors que dans le même temps, on apprenait que la hausse des prix serait de 1,8 %. D’où une sacrée perte de pouvoir d’achat pour les retraités.

    Alors Emmanuel Macron ne revient en arrière que sur les retraites inférieures à 2.000 euros... Et de manière assez mesquine, la mesure n’entrera en vigueur qu’au 1er janvier 2020. Ce qui risque de faire hurler bon nombre de retraités.

    Mais il ne s’arrête pas là ?

    Non, l’autre mesure qu’il devait annoncer, c’est la pérennisation de la prime exceptionnelle versée par les entreprises et nette de charges. C’est une bonne idée. Il n’y a rien à dire. Mais dans ce cas présent, l’État ne débourse rien, il demande aux entreprises de faire des efforts. On a vu en début d’année qu’elles avaient parfaitement joué le jeu, y compris les plus petites. Mais personne ne sera dupe sur qui paye.

    Et puis, il y aurait bien des mesures fiscales avec un réaménagement des tranches de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes. De la même manière, pour compenser ces moindres recettes, il y aurait un abandon de certaines niches fiscales. Mais personne ne sait lesquelles.

    Il faudra bien, de toute façon, qu’après que l’émotion liée à Notre-Dame de Paris soit retombée, le Chef de l’État clarifie sa pensée.

    Et que les ministres concernés fassent tourner les calculettes pour dire combien tout cela va rapporter en pouvoir d’achat.

    Car les Français qui protestent depuis cinq mois n’ont pas désarmé et ont déjà annoncé une très grande manifestation nationale le samedi 27 avril.

    FacebookTwitter
    Media
Les rubriques Sudradio