Yves Veyrier (FO) : "On nous avait dit que l'âge légal ne bougerait pas"

Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière, était l’invité politique de Patrick Roger le 19 avril sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

 

Thumbnail

Invité du Petit déjeuner politique, le secrétaire général du syndicat Force Ouvrière (FO), explique pourquoi il a claqué la porte des concertations sur la réforme des retraites. Il dénonce notamment le retour sauvage de thématiques initialement exclues du champ de ces concertations, notamment l'âge légal de départ en retraite.

La concertation a perdu tout son sens

"On a mis fin à notre participation, explique Yves Veyrier. Depuis le début, nous avons expliqué que nous étions opposés au principe même de réforme vers une retraite universelle par points. Ce n’est pas si simple que cela. Comment prendre en compte la pénibilité du travail, par exemple ? Nous attirions l’attention sur le danger de ce système, y compris quant au droit de départ à la retraite. Le moment venu, selon ce que vaudra votre point, décidé par l’État, vous aurez une pension qui vous permettra ou non de partir".

Mais c’est aussi la remise en cause soudaine de l’âge légal qui a mis le feu au poudre. "Il y avait un paramètre dont on nous avait dit qu’il ne bougerait pas : l’âge légal auquel on pourrait revendre ces points, 62 ans. Et là, le gouvernement nous dit que l’on pourrait reculer l’âge légal, allonger la durée d’activité… Là, si c’est décidé dans notre dos, sur l’un des paramètres essentiels, on arrête tout. Cela se discute partout sauf là où cela se discutait. La concertation a perdu tout son sens. Même le Medef vient de proposer un départ à 64 ans".

Propose un vrai travail et un vrai contrat

Mais alors, comment faire pour se concerter sur ce projet de réforme des retraites ? "Commençons, estime  le secrétaire général de Force Ouvrière, par faire en sorte que les politiques économiques fassent que tout salarié ait un vrai travail avec un vrai contrat, depuis son entrée dans la vie active jusqu’à son départ en retraite. Si on y arrive, l’équilibre financier des régimes de protection sociale, dont celui des retraites, sera beaucoup plus facile à réaliser".
 

Cliquez ici pour écouter  "L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !