Yves Mamou : "Les élites ont contribué à l’expansion du communautarisme"

Yves Mamou est ancien journaliste du Monde est auteur de "Le grand abandon, les élites françaises et l’islamisme" (Éditions de l’Artilleur)
Yves Mamou est ancien journaliste du Monde est auteur de "Le grand abandon, les élites françaises et l’islamisme" (Éditions de l’Artilleur)

Selon Yves Mamou, ancien journaliste du Monde et auteur du livre "Le grand abandon : les élites françaises et l’islamisme" (Éditions de l’Artilleur), l’essor du communautarisme en France a été favorisé par les élites elles-mêmes. Yves Mamou était l’invité d’André Bercoff le 10 octobre 2018 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Yves Mamou : "les barricades sont dressées"

Interrogé par André Bercoff sur les raisons qui l’ont poussé à écrire son dernier livre, "Le grand abandon : les élites françaises et l’islamisme", Yves Mamou explique qu'il a été le résultat de ses réflexions et de ses recherches après l’attentat de Charlie Hebdo, en janvier 2015. À l’époque, Yves Mamou se disait que c’était un événement tellement fort que la société française allait se réveiller. Mais au lieu de cela, Manuel Valls a dit : "C’est de votre faute si les musulmans sont violents, parce qu’on pratique une société d’apartheid". "C’est une première dans l’histoire du monde où un gouvernement se retourne contre sa population quand elle est agressée au lieu de la défendre. Je me suis dit : je ne comprends pas ce qui se passe", analyse Yves Mamou.

"N'est-on pas, en France, dans une situation où les barricades se sont dressées ?", s’est interrogé Yves Mamou. "Il y a les islamistes d’un côté, et de l’autre, tous les gens qui, à un degré ou à un autre, leur apportent un soutien. Et puis il y a les gens comme moi qui se posent des questions et qui ne comprennent pas très bien la situation", a-t-il déclaré au cours de cet entretien avec André Bercoff.

Pour Yves Mamou, la France "traditionnelle" est menacée

Yves Mamou a, en particulier, réservé des propos critiques aux élites françaises et aux institutions. "Je me suis dit : "l'université, les médias, les grands corps de l’État… : tous ces gens tiennent une politique qui n’est pas conforme à celle qui me conviendrait en tous cas. Je ne comprenais pas pourquoi toutes les formes de pouvoir se retournaient contre une France "traditionnelle" qui vivait sa vie tranquillement", a-t-il raconté à André Bercoff.

Et si Yves Mamou n’est pas tendre avec les élites en général, il ne l’est pas non plus avec les élites gouvernantes. "Le gouvernement de François Hollande était une catastrophe. C’est l’homme qui aurait pu dire "Ressaisissons-nous, on a un grave problème, ce problème, c’est celui des Français par rapport à une population immigrée qui est mal et très peu intégrée", a-t-il estimé.

"La position de victime vous délie de vos obligations"

Yves Mamou a aussi accusé les "intellectuels islamo-gauchistes". "L’idéologie des droits de l’homme et l’idéologie de la victimisation, c’est quand même très grave. À partir du moment où l'on désigne une partie de la population comme une victime - et le musulman est l’incarnation de la victime - il se sent autorisé à faire n’importe quoi. Quand on est une victime dans notre société occidentale, on est délié de toute obligation par rapport à la société dans laquelle on est inséré. Si on a envie d’être violent, et même si on se retrouve dans un tribunal, on a des peines extrêmement légères", a-t-il tempêté au cours de cet entretien avec André Bercoff.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio