Touchers vaginaux non consentis : "Pratiques inacceptables" (Touraine)

La ministre de la Santé Marisol Touraine a réaffirmé ce mardi "l'extrême fermeté" de l'Etat à l'égard des pratiques "inacceptables" de touchers vaginaux et rectaux sur des patients endormis sans consentement préalable.

Thumbnail

Le président de la conférence des doyens des facultés de médecine Jean-Pierre Vinel a remis un rapport à la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes sur la question des touchers vaginaux et rectaux sur des patients endormis sans obtenir, au préalable, leur consentement.Cette pratique dans le cadre de l'apprentissage et la formation des médecins est revenu en lumière après la révélation, en février dernier, d'un document figurant sur le site internet de la faculté de médecine de Lyon-Sud, qui "paraissait indiquer de tels usages", rappelle le rapport.

"Des pratiques inacceptables"

Jean-Pierre Vinel a procédé à un "état des lieux" des pratiques en vigueur dans les différentes facultés de médecine françaises. Il en ressort que le consentement du patient n'est pas systématiquement demandé au préalable, comme cela devrait être le cas d'après la loi du 4 mars 2002.Des conclusions "très préoccupantes", juge la ministre de la Santé ce mardi, ajoutant que "l'Etat sera d'une extrême fermeté face à ces pratiques inacceptables, qui portent atteinte à l'intégrité du corps humain et aux droits fondamentaux des patients".