Stéphane Travert ne veut pas s'avancer sur un calendrier de sortie du glyphosate

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio. Il a refusé de se prononcer en faveur du renouvellement de trois ans de l'autorisation du glyphosate, proposé par Nicolas Hulot lundi, estimant avoir besoin "des avis scientifiques".

Thumbnail

Demain, la France ne votera pas la reconduction de 10 ans de l'autorisation du glyphosate, ce pesticide tant décrié, devant la Commission Européenne.

C'est ce qu'a répété le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Stéphane Travert, invité du Grand Matin Sud Radio. Une telle reconduction, a-t-il expliqué, ne préparerait pas la sortie progressive du glyphosate et ne mettrait pas suffisamment l'accent sur la recherche de solutions alternatives.

Lundi, le ministre de l'Environnement Nicolas Hulot a avancé l'idée d'une reconduction a minima, de trois ans. Un calendrier que n'a pas voulu confirmer Stéphane Travert, même s'il a réfuté toute idée de tension entre les membres du Gouvernement : "Ce n'est pas à moi de dire quelle doit être la durée. Nous avons besoin des avis scientifiques. Le Premier ministre nous a demandé de trouver un calendrier de sortie qui tienne compte des impasses techniques et de la nécessité, pour les agriculteurs qui utilisent encore ce produit, de trouver des alternatives. Ce que nous souhaitons faire, c'est mettre les moyens sur la recherche publique pour trouver des alternatives. Je veux qu'on en sorte le plus tôt possible, évidemment. Mais il faut savoir quels sont les usages, les pratiques et comment nous faisons en sorte de moduler cette utilisation. Nous avons besoin des avis scientifiques pour trouver la bonne temporalité pour sortir de ces produits."

 

 

Nicolas Hulot s'est-il donc trop avancé à annoncer un calendrier de trois ans ? Essaie-t-il de forcer la main de ses compères du Gouvernement ? Pas du tout, répond Stéphane Travert, qui estime que le ministre de la Transition écologique et solidaire est "comme [lui], ministre du Gouvernement et attaché à faire son travail".

"Ce n'est pas un problème d'accord, a-t-il ajouté. Je pense qu'il est nécessaire d'arrêter aujourd'hui de vouloir en permanence opposer le ministère de l'Agriculture et le ministère de l'Environnement. Nous portons le même objectif politique, que le quinquennat d'Emmanuel Macron soit une réussite, et l'objectif de réaliser les engagements électoraux de la campagneIl peut y avoir, non pas des désaccords personnels, mais des différences d'analyse, un débat et, à la fin, il y en a un qui tranche. Nous travaillons sous l'autorité du Premier ministre et c'est lui qui tranche. Je ne me situe pas dans un rapport de gagnant-perdant. Ce qui m'intéresse, c'est de remplir la mission qui nous incombe."

 

Écoutez l'interview de Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, invité politique du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard