Stéphane Ravier : "On nous promet 60 policiers de plus à Marseille, c'est une mauvaise plaisanterie ?"

Stéphane Ravier : "On nous promet 60 policiers de plus à Marseille, c'est une mauvaise plaisanterie ?"

Stéphane Ravier (Sénateur FN des Bouches-du-Rhône et ex-maire du 7ème secteur de Marseille) était ce mardi l'invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h.

Alors que les mesures du tant attendu plan banlieue ont été détaillées ce mardi par le président de la République, Stéphane Ravier (Sénateur FN des Bouches-du-Rhône) s'est montré très critique envers les orientations préconisées par le chef de l'État.

"Macron dénonce la politique de la ville (en vigueur) mais en reprend les grandes lignes"

Invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h, celui qui fut maire du VIIe secteur de Marseille a dénoncé ce qu'il considère être une politique de la continuité. "C'était un long discours pour dénoncer la politique (en vigueur) de la ville, des banlieues. Mais M. Macron l'a tellement bien dénoncée qu'il en reprend en réalité les grandes lignes", a-t-il ainsi déploré. "Il y a toujours de l'assistanat en direction de ces cités, on culpabilise nos compatriotes et (on) est tenu d'accueillir ces familles à problème dans les quartiers encore épargnés par la délinquance et le trafic de drogue", a-t-il ajouté. "Il n'y a rien de nouveau quant à la sécurité. On nous promet 60 policiers (à Marseille), mais c'est une mauvaise plaisanterie ?", a-t-il surenchéri, rappelant au passage que dans les XIIIe et XIVe arrondissement de Marseille - secteur qu'il administrait auparavant - se trouvaient aujourd'hui "25 cités gangrenées par la drogue".

Interrogé par ailleurs sur le plan qu'annoncera Marie Le Pen mercredi, M. Ravier a assuré que les mesures prônées par le parti frontiste allaient prendre "en compte la réalité du terrain". "Nous allons proposer de mettre des moyens nécessaires (...) il faut éradiquer le mal par des mesures à la hauteur. Le trafic de drogue nous a déclaré la guerre, il faut donc faire la guerre au trafic", a-t-il ainsi déclaré.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview, disponible en podcast

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio