éditorial

L'édito de Véronique Jacquier

Véronique Jacquier
Politique

Souillac : Macron doit-il dialoguer directement avec les gilets jaunes?

Emmanuel Macron attendu à Souillac dans le lot en début d’après midi. 2ème étape de sa tournée des maires dans le cadre du débat national. Plutôt qu’une visite aux élus, le président ne devrait il pas en profiter pour dialoguer directement avec les gilets jaunes…

Dialoguer où ? Pas sur les ronds points ! Les occupations sont illégales… Et ce ne serait pas digne de la fonction présidentielle. Dialoguer en mairie à Souillac ? Mais le débat national a commencé ! Emmanuel Macron veut s’adresser à tous les français, pas seulement aux gilets jaunes !

D’ailleurs des gilets jaunes participent au débat national. Le président espère noyer leur colère au milieu de toutes les revendications qui vont remonter pendant deux mois. Donc Emmanuel Macron n’a aucun intérêt à dialoguer avec des gilets jaunes. S’il a choisi les maires comme interlocuteurs, c’est parce qu’ils sont les garants de la représentation nationale. Les gilets jaunes le disent : ils ne représentent qu’eux même.

Mais est ce qu’il n’y aurait pas pu avoir une opportunité de rencontre depuis le début de la crise ? Au tout début du mouvement de colère oui. Emmanuel Macron aurait pu éteindre l’incendie en recevant des gilets jaunes à l’Elysée. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande les auraient sans doute reçus pour les amadouer. Maintenant c’est trop tard. Parti de la taxe sur les carburants le ras le bol et même la haine se cristallise sur Emmanuel Macron. D’ailleurs les gilets jaunes ne souhaitent pas dialoguer avec le président. Ils veulent qu’il quitte ses fonctions. Rappelons quand même que le pouvoir a tendu la main aux gilets jaunes au début du mouvement. Edouard Philippe devait les recevoir. Deux ont décliné. Le 3ème a quitté la réunion car il exigeait qu’elle soit filmée. Le dialogue est désormais impossible. Et une bataille se dessine à l’occasion du Débat National.

Le gouvernement espère 200 réunions demain dans toute la France pour contrer médiatiquement la mobilisation des gilets jaunes. Ce sera la guerre des images : le débat, la réflexion d’un coté contre l’action peut être non maitrisée de l’autre. Le souci de l’intérêt général contre l’exaltation des intérêts particuliers. On verra après le week end où penche l’opinion publique maintenant que le gouvernement et les gilets jaunes sont condamnés à se regarder en chien de faïence.

Les rubriques Sudradio