Sophie Cluzel : "Les élèves handicapés sont ceux qui ont subi peut-être le plus de pertes d'acquis !"

Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, était l’invitée du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 12 mai sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Sophie Cluzel, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio le 12 mai à 7h40.

Beaucoup de monde lundi 11 mai dans certaines rues sans précautions, notamment à Paris au Canal Saint-Martin. "Ces images peuvent être choquantes confirme Sophie Cluzel au micro de Patrick Roger, et il faut absolument redire que la distanciation sociale est capitale. On doit vivre avec ce virus : respectons la distanciation physique sinon portez vos masques. Le virus est toujours là, si nous avons à nouveau des foyers, il faudra prendre des décisions, bien sûr le reconfinement serait envisageable et nous ne voulons pas y retourner, nous avons une responsabilité collective, c'est pour cela qu'il faut respecter absolument la distanciation physique" insiste la secrétaire d’État.

 

Sophie Cluzel : "Les enfants handicapés sont ceux qui ont subi peut-être le plus de pertes d'acquis"

La rentrée au primaire démarre mardi 12 mai, avec une priorité aux plus défavorisés. "Les enfants handicapés font partie du public prioritaire explique Sophie Cluzel, parce que ce sont ceux qui ont subi peut-être le plus de pertes d'acquis, certains enfants ont besoin d'être en présentiel. Par ailleurs, le confinement a un impact important sur eux, notamment psychologique, il faut absolument pouvoir les raccompagner sur le chemin de l'école et des établissements médicaux sociaux, qui rouvrent progressivement au même rythme que les école" précise-t-elle. 

"Ce sont les familles qui décideront si elles remettent leurs enfants à l'école assure la secrétaire d’État. C'est d'ailleurs toute la complication de cette reprise de l'école, nous faisons un très gros travail de pédagogie en adaptant les supports de communication pour que les enfants et les familles comprennent le déconfinement, les gestes barrières, pour maximiser ces appropriations et pouvoir rescolariser sereinement les enfants en situation de handicap".

 

"Le numéro vert pour les aidants et les personnes en situation de handicap sera prêt fin mai"

Un numéro vert devrait voir le jour prochainement, pour les aidants et les parents. "Nous voulons pouvoir accompagner dans la durée, parce que pendant encore longtemps, il y aura du domicile, des écoles et des établissements explique Sophie Cluzel. Les familles sont vraiment des aidants, qui ont aussi subi le confinement de façon importante, il faut être à leurs côtés. Ce numéro vert sera spécifique comme filet de sécurité pour les aidants et les personnes en situation de handicap, pour travailler dans la durée. Il sera prêt fin mai" assure-t-elle.

"Nous ouvrons en même temps des solutions de répit pour les familles, de 7 jours, de 14 jours, et les externats, les établissements médicaux-sociaux, rouvrent. C'est tout un travail d'accompagnement extrêmement complexe, de terrain, d'écoute" ajoute la secrétaire d’État.

 

"Nous avons à déplorer 269 décès dans les établissements médico-sociaux, nous avons plutôt réussi à contenir ce virus"

Les enfants handicapés sont-ils plus vulnérables face au Covid ? "Le handicap ne doit pas être une source de discrimination sur un préjugé d'une situation de vulnérabilité tient à rappeler Sophie Cluzel. Mais en effet, certaines pathologies sont importantes, notamment lorsqu'un enfant polyhandicapé a déjà des problèmes respiratoires, il faut plus le protéger reconnaît-elle. Dans les établissements médico-sociaux, les internats, on a eu des protections très importantes, avec l'arrêt des visites. Bravo les établissements médico-sociaux, qui ont tenu bon se réjouit-elle, nous avons moins de pathologies qui ont souffert de ce virus. Une très grande protection pour certains types de handicaps, mais pour autant, handicap ne signifie pas vulnérabilité au sens classique du terme insiste-t-elle, donc pas de discrimination sur ce sujet-là". 

"Nous avons à déplorer 269 décès dans les établissements médico-sociaux, nous avons plutôt réussi à contenir ce virus affirme Sophie Cluzel. Le facteur de l'âge vient aussi aggraver la situation. Il nous faut absolument retourner à l'accès aux soins, pour éviter du surhandicap. Nous maintenons les téléconsultations, pour l'orthophonie, la psychomotricité, et nous rouvrons petit à petit tous les cabinets de rééducation pour permettre que les soins reprennent".

L'une des craintes des personnels soignants et dans les écoles, tout comme les accompagnants des personnes handicapés, est le respect de la distanciation sociale. "Certains accompagnements ne peuvent pas se faire avec une distance physique reconnaît Sophie Cluzel, nous travaillons avec le médico-social pour avoir un renfort de protection, s'assurer que les masques sont là, plus de lingettes, plus de gestes sanitaires, en collaboration avec les familles". 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !