Samia Ghali : "Il faut un permis de louer à Marseille"

Sami Ghali
Samia Ghali, interviewée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. Sud Radio

Samia Ghali, sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille, était "l’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 7 novembre, animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle intervient au surlendemain de l'effondrement de trois immeubles au coeur de Marseille, effondrement qui a fait, au moins, cinq victimes. 

Samia Ghali : "Les marchands de sommeil s'engraissent avec l'argent de la CAF"

"Il y a des poches de misère, des poches de logements insalubres sur la ville de Marseille, c'est une évidence. On l'a dit et redit à maintes et maintes reprises au conseil municipal, c'est une réalité. Le problème, c'est qu'il y a ceux qui ont les manettes, et qui ont la possibilité de faire, et ceux qui n'ont pas les manettes et dénoncent", déplore Samia Ghali sur l'antenne de Sud Radio au micro de Patrick Roger.

Cependant, la sénatrice n'incrimine personne pour l'instant. "Il faut rester décent, en politique, il faut savoir un peu se taire, car il y a des familles qui attendent encore que l'on sorte, peut-être, un proche des décombres. Il y a une enquête en cours, elle dira les responsabilités des uns et des autres. Pour l'instant, la priorité, c'est reloger la centaine de personnes à la rue, qui logent pour l'instant dans des gymnases".

"Il faut faire un audit total, regarder poche par poche"

 

 

"La question posée par ce drame, c'est celle des marchands de sommeil. Des propriétaires qui louent à des prix exorbitants et achètent la misère. Ils profitent de cette misère là, en louant des logements qui sont dans un état lamentable. Je suis pour le permis de louer, c'est ce que j'ai déjà proposé au maire de Marseille il y a un an. Dans le cadre de la loi ALUR, c'est possible, mais il l'avait refusé. Je ne peux pas croire aujourd'hui qu'il refuse ce permis de louer, car c'est une nécessité". 

"Ces propriétaires s'engraissent grâce à nous, notre argent, car c'est avec l'argent de la CAF notamment que leurs loyers sont payés. Je demande un audit total, il faut regarder poche par poche, et pas que dans le centre ville de Marseille. Ce qui s'est produit peut se reproduire demain". 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mercredi 7 novembre 2018 à 16:06
Ces politicards ont toujours de bonnes idées lorsqu'ils ne sont pas concernés, a fortiori quand on habite une superbe villa au Roucas Blanc dans le VII ème arrondissement de Marseille avec vue imprenable sur mer, d'une valeur de 1,5 million d'euro, de plus que l'on s'était engagé à détruire la piscine de l'ex propriétaire non conforme au permis de construire préalable.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio