Présidentielle en Algérie : "On doit libérer les esprits"

drapeau algérie
DR / Pixabay

En Algérie, le président Bouteflika a officiellement déposé sa candidature le 3 mars 2019 au soir, pour briguer un cinquième mandat. Réactions à Paris, lors de la manifestation place de la République…

Cela fait déjà vingt ans que l'homme de 82 ans est à la tête de l’Algérie, et la révolte monte depuis ces dernières semaines... En sus de manifestations dans tout le pays, la diaspora se mobilise un peu partout dans le monde. Dimanche, à Paris, plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées place de la République. Rebecca Gil était sur place pour Sud Radio. Elle y a rencontré des Algériens qui ont plus que jamais espoir pour l'avenir de leur pays...

"Ils nous ont pris pour des cons"

Ils étaient venus nombreux, des Algériens de toutes les générations venus crier leur colère. Dounia, 21 ans, arbore fièrement le drapeau de l'Algérie. "En Algérie, la politique n’intéressait plus personne, mais ils n’ont pas compris qu’on était toujours là. Le cinquième mandat est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Je pense qu’ils nous ont pris pour des cons." À 21 ans, cette jeune fille issue d'une famille de résistants pendant la guerre d'Algérie a déjà bien conscience des enjeux de son pays d'origine : "Quand j’entends ma tante me dire qu’elle n’a pas d’argent pour acheter un kilo de patate, il y a un truc qui va pas. L’Algérie est un pays qui a du pétrole, du gaz, de l’argent… Mais quand j’y vais, je ne le vois pas".

"Une vraie indépendance"

Un peu plus loin, Amar regarde la manifestation avec un grand sourire : "Je suis venu participer. Pou moi, c’est une fête qui doit aboutir à la vraie indépendance. En 1962, l’Algérie a arraché son indépendance. On a libéré la terre. Aujourd’hui, on doit libérer les esprits". Même si tous demandent le départ de Bouteflika, ils ne sont pas pour autant tous aussi optimistes. Certains craignent une période d'instabilité politique. Reste à voir ce que donneront les élections du 18 avril 2019...

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio