Pierre Chasseray : "Avec ses 2 engagements sur le 80km/h, Macron a pris zéro risque"

Pierre Chasseray : "Avec ses 2 engagements sur le 80km/h, Macron a pris zéro risque, il a fait du Macron"

Pierre Chasseray (Délégué général de l'association "40 millions d'automobilistes") était ce jeudi l'invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h.

Emmanuel Macron persiste et signe ! Ce dernier a annoncé ce jeudi, lors de l'entretien accordé au JT de 13h de TF1, qu'il ne ferait pas machine arrière concernant l'abaissement de la vitesse à 80km/h sur les routes secondaires. La mesure sera donc bien mise en œuvre le 1er juillet prochain et ce, pour une durée expérimentale de deux ans. Le président, qui a par ailleurs assuré que l'ensemble des fonds provenant des amendes servirait à financer les établissements s'occupant d'accidentés de la route, a toutefois concédé que la mesure serait abandonnée en cas d'échec. Des annonces qui n'ont pas convaincu Pierre Chasseray (Délégué général de l'association "40 millions d'automobilistes").

"C'est de la poudre de perlimpinpin, c'est n'importe quoi"

Invité du Grand Journal de Véronique Jacquier, l'intéressé - que les auditeurs de Sud Radio connaissent bien puisqu'il intervient quotidiennement à l'antenne dans l'émission "Ça roule" - a ainsi fustigé le chef de l'État et notamment sa promesse d'indemniser des victimes via la trésorerie alimentée par les futures amendes. "C'est de la poudre de perlimpinpin, c'est n'importe quoi", s'est-il d'abord exclamé, en référence à la célèbre formule utilisée par le président lors du débat de l'entre-deux-tours de la présidentielle. "Il faut savoir comment ça se passe pour les victimes de la route : les indemnisations sont insuffisantes (...) elles ne sont pas reversées par l'État mais par le fond de garantie alimenté par les assurances et les assureurs. Donc ça veut dire qu'avec cet engagement pris par Emmanuel Macron, l'argent n'ira pas aux victimes en réalité", a-t-il ajouté.

"Il dit que l'on va donner cet argent aux hôpitaux qui soignent les malades. Pourquoi ? On ne leur donne pas déjà ? Les victimes ne sont-elles pas soignées ? Bien sûr que si qu'elles le sont et d'ailleurs, les médecins et urgentistes font un boulot absolument merveilleux quand il y a des accidentés de la route. Arrêtons de dire n'importe quoi !", a-t-il encore insisté.

Quid de cet engagement sur le retrait de la mesure en cas d'échec ? Là encore, Pierre Chasseray se montre sévère à l'égard du président, considérant qu'il ne faut pas être dupe devant une telle annonce. "Ça va rassurer tous ceux qui ne connaissent pas la réalité de la sécurité routière. Parce que dans deux ans, il y aura moins d'accident. Depuis 1972, dans tous les pays du monde, c'est la même histoire, il y a de moins en mois d'accident.". "Forcément, avec l'amélioration des véhicules, il y a une amélioration de la sécurité et c'est tant mieux ! Donc Emmanuel Macron, dans ses deux engagements, a pris 0 risque, il a fait du Macron", a-t-il ainsi déploré.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio