Olivier Beaumont : "L'orgueil pour Emmanuel Macron est vraiment un trait de caractère très fort"

Le journaliste Olivier Beaumont, auteur du livre Les péchés capitaux de la politique (sexe, argent, pouvoir, vanité, colère, paresse…), publié chez Flammarion, était l'invité d'André Bercoff, mardi 9 avril 2019, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Thumbnail

"Sarkozy avait imposé un régime à tous ses membres du gouvernement"

Olivier Beaumont, auteur du livre Les péchés capitaux de la politique (sexe, argent, pouvoir, vanité, colère, paresse…), publié chez Flammarion, qui fourmille d'anecdotes sur les hommes politiques de tous bords. André Bercoff parle de côté multi-fonctions de certains. Le journaliste raconte pourquoi il a mis Nicolas Sarkozy dans la "case" gourmandise : "Il est compulsif avec le chocolat. On se rappelle du malaise vagal au coeur de l'été 2010, et comme tous ceux qui le connaissent savent qu'il adore le chocolat, il y avait eu une livraison astronomique de 4.000 boîtes de chocolat à l'Elysée". Et de rappeler que l'ancien dirigeant fait attention à son apparence : "Quand Sarkozy était président de la République, il avait quasiment imposé un régime (alimentaire) à tous ses membres du gouvernement ou ceux qui voulaient y entrer".

Quel est alors le péché qui domine chez les politiques français ? "Le péché principal est celui de l'envie puisque l'envie renvoie à l'ambition, et de l'ego", selon Olivier Beaumont qui précise que "l'ivresse du pouvoir amplifie ces péchés capitaux". Quid du chef de l'État actuel ? L'auteur du livre évoque alors la crise des Gilets Jaunes. Pour lui, l'anti-Macronisme rappelle en tous points l'anti-Sarkozysme. "L'orgueil pour Emmanuel Macron est vraiment un trait de caractère très fort", explique le grand reporter au service politique du Parisien. Il compare de nouveau les deux présidents évoquant les phrases malheureuses dont ils sont les auteurs. Et de conclure : "La violence est concomitante à ce milieu-là".

"L'ego chez François Hollande est majeur aussi"

Olivier Beaumont a également rencontré François Hollande pour ce livre. Le journaliste a évoqué avec lui le moment où il a annoncé qu'il ne se représenterait pas, lorsque François Fillon remporte la primaire à droite et qu'il est favori alors pour l'Elysée. L'ancien Président lui a avoué qu'il a peut-être fait son allocution trop tôt et que s'il avait attendu, il n'aurait pas pris la même décision. Le contexte n'est plus le même (affaire Pénélope Fillon, victoire de Benoît Hamon à la primaire socialiste...). "C'est à regret aujourd'hui que François Hollande dit : 'J'aurais peut-être dû y aller'." Et de préciser que cela se ressent encore aujourd'hui dans ses réactions contre Emmanuel Macron : "Il y a quelque chose qu'il n'a pas digéré. L'ego chez François Hollande est majeur aussi".

Changement de péché avec la paresse : "Marine Le Pen a une certaine paresse intellectuelle (...) elle refusait de lire des notes de 20 pages". Pour la créatrice du mouvement RN, l'auteur évoque aussi l'avarice : "Comme son père, Marine Le Pen a un rapport particulier avec l'argent. Il y a toujours cette crainte de manquer. Jean-Marie Le Pen faisait payer les photocopies". Quant à l'envie, l'ambition, l'auteur évoque Wauquiez, Philippot, Copé : "J'ai rencontré Jean-François Copé, dans son petit bureau, il a un côté pathétique quand on sait qu'il était président de l'UMP. Il aspire toujours à être président de la République".

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !