Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Macron à Angoulême "Que voulez-vous dire aux forces de l’ordre?"

Retrouvez le Regard libre d'Elisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr   Une photographie du président à Angoulême fait grand bruit Macron était en visite au Festival de la BD.  Au cours d’un déjeuner avec des auteurs, conversation animée sur les « violences policières », terme que le PR a récusé. Dessinateur […]

Retrouvez le Regard libre d'Elisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr

 

Une photographie du président à Angoulême fait grand bruit

Macron était en visite au Festival de la BD.  Au cours d’un déjeuner avec des auteurs, conversation animée sur les « violences policières », terme que le PR a récusé. Dessinateur JUL, auteur de la série silex and the city, lui offre un T shirt. Pour la petite histoire, a bataillé avec les services de sécurité qui ne voulaient pas le laisser passer avec cet objet de sédition. Bien vu. T shirt : mascotte du festival félin porte un pansement ensanglanté sur l’œil, avec l’inscription LBD 2020 (homophonie BD 2020). Emmanuel Macron a poser avec JUL et le T Shirt (ne l’a pas enfilé).  A évidemment fait le tour des réseaux en quelques secondes. 

Vous la trouvez scandaleuse ? 

Pas scandaleuse (bcp moins que celle de la fête de la musique), mais incompréhensible. Comme l’a tweeté un syndicat de police : que voulez-vous dire aux forces de l’ordre, monsieur le PR ? 

Les images parlent certes, mais que nous disent-elles. Mais polysémique, ie susceptible de plusieurs interprétations. 

Alliance on attend autre chose du PR que d’insinuer que la police éborgne les gens. A l’autre bout le PR rigole sur les violences policières. 

Certains pensent que PR a été piégé, d’autre que c’est lui qui se sert de JUL pour faire sa com. 

Et vous ? 

Primo, je ne crois pas que c’était préparé ou alors JUL joue très bien la comédie. 

  1. Si c’est de la com, pas génial car demande une légende, un peu comme l’art contemporain. Il faut vous expliquer pourquoi une toile blanche est une œuvre. 

Le PR a donc dû faire l’exégèse de ses propres propos. A invoqué l’insolence, la créativité, 

SON . " Ce t-shirt dit quelque chose de très profond, c'est que dans notre pays, la liberté d'expression est préservée et protégée, la liberté de blasphémer aussi, de critiquer railler tous les pouvoirs. Ça c’est un trésor. La contrepartie de ce trésor, c’est que la violence et l’appel à la haine sont interdites. » A ajouté que la violence venait d’abord de la société. 

Vous qui défendez le droit au blasphème, ces propos ont dû vous plaire ?

Raisonnement voltairien tout à fait acceptable. Je ne partage pas vos idées et je me battrai pour que vous puissiez les défendre. Défense de la liberté d’expression fait partie de son rôle. 

Cependant, plus qu’à Voltaire, fait parfois penser à Zelig, le personnage de Woody Allen qui devient ce que sont ses interlocuteurs. Insolent chez les dessinateurs, raide chez les militaires. Ce qui aurait été vraiment blasphématoire et même punk : arriver à Angoulême avec un T shirt j’aime la police. .