éditorial

L'édito de Michaël Darmon

A propos...

Journaliste au service économie et politique de TF1 de 1990 à 1993, il est le correspondant de la RTBF à Jérusalem de 1992 à 1993. En 1994, il entre à France 2, au sein du service politique. Il suit l...
Michaël Darmon ©Anthony Ghnassia
Politique

La délocalisation du gouvernement à Cahors perturbée par le drame de Millas

La délocalisation du gouvernement à Cahors a été perturbée en raison de la dramatique collision mortelle entre un TER et un bus scolaire à Millas (Pyrénées-Orientales). 

La conférence nationale des territoires avec le Premier ministre et le gouvernement délocalisée à Cahors s'est terminée dans le drame. Aussitôt informé, le Premier ministre s'est immédiatement rendu sur le lieu de la collision entre le car et le TER.

Édouard Phlipppe avait mis un soin particulier à montrer l'attention que porte le gouvernement au développement des régions avec un plan de 5 milliards pour lutter contre le déclin des centres-villes, ainsi qu'une enveloppe de 100 millions pour faire reculer le désert numérique d'ici à la fin du quinquennat. Seulement voila, un terrible drame - qui ne peut survenir que sur les routes en dehors des villes - entre un car scolaire et un train sur le lieu d'un passage à niveau, sera l'événement marquant de ce 14 décembre. Aussi, c'est tout un village qui est en deuil.  Le Premier ministre n'étant pas loin à Cahors, il s'est donc rendu sur place et c'est alors un autre rouage de la vie publique qui s'est tout de suite mis en mouvement. Tout l'état major de la SNCF était sur place. Les enquêtes administratives vont commencer et cela prendra du temps avant d'établir l'enchaînement des faits

Avant que ne survienne cette catastrophe, l'objectif annoncé de ces trois jours était de rattraper un mauvais départ, dès le début du quinquennat, entre l'exécutif et les régions. Ainsi donc, Cahors était la session de rattrapage après des rendez-vous compliqués et des malentendus entre les élus locaux et le gouvernement. Des tensions qui puisent leur source dans les annonces du quinquennat précédent sur les réductions budgétaires et des dotations de l'État vers les régions. En arrivant au pouvoir, Emmanuel Macron a accentué le programme d'économie et n'a pas pris à son compte les promesses de la fin du quinquennat Hollande

Mais cet événement de Millas a rappelé brutalement le gouvernement à de tragiques réalités et le Premier ministre s'est retrouvé au chevet d'un territoire endeuillé.

>> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio